/regional/abitibi

Abitibi

Des quotas d’immigration pour des postes en région

David Prince | Agence QMI

man with a document with the text offres d'emploi, jobs in french

nito - stock.adobe.com

Un regroupement de gens d’affaires de l’Abitibi réclament des quotas d’immigrants pour les régions du Québec afin de combler la pénurie de main-d’œuvre.

Selon le commissaire industriel à la Corporation de développement industriel de Val-d’Or, Jean-Yves Poitras, une des solutions pour pourvoir les postes disponibles dans les régions serait d’établir des règles d’immigration qui favorisent des endroits où il y a une pénurie de travailleurs.

«Rouyn-Noranda et Val-d’Or ont été bâties avec des immigrants sans papier. On focalise beaucoup sur les employés techniques dans les mines, mais on a besoin de serveuses, de chauffeurs de camion. L’immigration est une belle solution pour ça», a dit M. Poitras.

L’Abitibi-Témiscamingue vit actuellement le plein emploi et plusieurs entreprises de services comme des restaurants ou des dépanneurs sont incapables de combler leurs besoins, même en offrant des salaires plus élevés que le salaire minimum.

Autochtones

Interrogé à savoir si la région ne pourrait pas se développer en intégrant davantage les Autochtones dans le milieu du travail, M. Poitras a mentionné que les communautés revenaient de loin. «Il ne faut pas travailler avec les gens qui ne travaillent pas dans les communautés autochtones. Il faut travailler avec les gens qui veulent travailler. Il faut développer des opportunités. Ils ont une volonté de s’adapter», a-t-il dit.

Québec ferme la porte

De passage à Rouyn-Noranda lundi, le ministre de l’Emploi, François Blais, a mentionné qu’il n’était pas prévu pour l’instant d’établir des quotas d’immigration pour les régions, même si les nouveaux arrivants sont une solution à la pénurie de main-d’œuvre. Selon le ministre, les régions doivent réussir à mieux faire connaître leurs besoins chez les immigrants. «La population comprend qu’on a besoin de plus d’immigration liée au travail», a dit M. Blais.

Dans la même catégorie