/news/techno

Obsolescence programmée

«On n’a pas le choix d’évoluer avec ce que Apple nous offre»

TVA Nouvelles

Un Montréalais dont le iPhone 5 aurait significativement ralenti depuis une mise à jour veut intenter une action collective contre le géant américain, qu’il accuse d’avoir recours à «l’obsolescence programmée » pour forcer les consommateurs à se procurer de nouveaux appareils.

Obsolescence programmée du iPhone : difficile à prouver, mais pas impossible

iPhone 5 et 6: un Montréalais veut intenter une action collective

Selon Jonathan Laberge, spécialiste en technologies, ces mises à jour d’Apple se multiplient et les propriétaires de iPhone sont «presque obligés de les faire».

«Il y a moyen de ne pas les faire, en les remettant à plus tard, mais on a des fenêtres intempestives qui apparaissent et on nous incite pas mal à faire toutes les mises à jour», détaille l’expert en entrevue au Québec Matin.

Malheureusement, pour les personnes qui détiennent des iPhone un peu plus vieux, mais tout de même fonctionnels, les mises à jour peuvent achever l’appareil, selon le Montréalais qui intente l’action collective.

«Le iPhone 5 ça ne fait même pas trois ans que c’est sorti, ce n’est pas si long que cela pour un appareil électronique. On est rendu avec le système d’exploitation iOS11 qui fait que ça peut-être un peu plus lent.»

Selon Jonathan Laberge, il sera difficile de prouver dans le cadre de l’action collective que l’appareil est devenu désuet seulement à cause de la mise à jour.

«Parce qu’en trois ans, on va prendre des photos, installer des applications, utiliser tout plein d’éléments sur notre téléphone. Ce que ça fait, c’est que ça prend plus de place sur son disque dur, donc c’est un peu moins optimal. Peut-être que lorsqu’il a fait sa mise à jour, tout le disque dur était pris. Plus c’est rempli, moins le téléphone est efficace», ajoute M. Laberge.

Par ailleurs, les nouveaux logiciels, applications, les nouvelles caméras ont besoin, pour bien fonctionner du plus récent système d’exploitation.

«On n’a comme pas le choix d’évoluer avec ce que Apple nous offre», conclut-il.  

 

 

 

Dans la même catégorie