/finance/homepage

Plan de relance

Souris Mini se place à l’abri de ses créanciers

Pierre Couture | Agence QMI

En pleine période de magasinage des Fêtes, le détaillant de vêtements pour enfants Souris Mini vient de se placer à l’abri de ses créanciers.

Pour l’heure, tous les magasins de Souris Mini demeurent ouverts alors que l’entreprise prépare un plan de relance sous la protection de la Loi des arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), d’après des documents déposés en Cour supérieure du Québec par le syndic Richter.

L’entreprise soutient que les cartes-cadeaux, les garanties et les politiques de retours seront honorées comme prévu.

L’entreprise, dont le siège social est à Québec, compte 350 employés et 29 boutiques au pays, dont 28 au Québec.

Le détaillant de Québec soutient que ses dettes de 17,8 millions $ étaient devenues trop lourdes à assumer.

Selon la direction de Souris Mini, l’entreprise doit se restructurer alors que ses ventes sur le web ont explosé au cours des derniers mois.

Or, les ventes dans plusieurs boutiques Souris Mini ne réussissaient pas à combler les pertes.

«On ne se cachera pas que le détail, aujourd’hui, c’est très difficile. On a de la concurrence pas juste au Québec. Notre plus gros concurrent, c’est le web. La vérité, cela ne peut plus rester pareil. On réalise 25 % de notre chiffre d’affaires sur le web. Cela veut dire une baisse de trafic énorme dans nos centres commerciaux», affirmait récemment la directrice générale de Souris Mini, Annie Bellavance.

La direction de Souris Mini ne sait pas encore combien de boutiques vont fermer leurs portes une fois la restructuration complétée.

Encore tout récemment, l’entreprise visait l’ouverture de plusieurs boutiques éphémères au Québec et au Canada anglais.

Souris Mini compte parmi ses actionnaires le Fonds de solidarité FTQ qui a investi plus de 6 millions $ dans l’entreprise en 2015.

Selon les documents de cour déposés le 1er décembre, les créanciers garantis pour 14,3 millions $ de Souris Mini sont BDC Capital (5,56 millions $), la Banque HSBC (4,79 millions $), BDC (3,83 millions $), le Fonds de solidarité FTQ (2,2 millions $), Gestion Annie Bellavance (200 000 $) et Gestion Steeve Beaudet (200 000 $).

Dans la même catégorie