/regional/troisrivieres/mauricie

Manque de main-d’œuvre

Encore plus de pression sur les employés du réseau de la santé

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

Le nombre d'employés du réseau de la Santé est déjà insuffisant pour répondre adéquatement aux besoins des usagers tout au long de l'année; c’est donc un vrai casse-tête au cours de la période des Fêtes.

À lire également

-Une pénurie moins alarmante à Montréal

- Le temps des Fêtes, un défi de taille pour l'industrie touristique

- Des entreprises proactives pour conserver leurs employés

- Manque criant de camionneurs en Estrie

- Des commerces incapables de respecter l'horaire prolongé des Fêtes

Pratiquement personne ne souhaite travailler lors des soirées de célébrations de Noël et du jour de l'An.

«C'est un défi à l'année, c'est d'autant plus vrai maintenant, souligne Mathieu Desjardins, qui travaille aux ressources humaines du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. Notre liste de rappel travaille activement à combler les horaires des Fêtes. Les soins doivent se donner 7 jours sur 7 et on doit maintenir la qualité du service. On ne peut évidemment pas donner congé à tout le monde en même temps.»

L'une des préposées rencontrées par TVA Nouvelles n'entend pas se défiler de ses obligations, mais admet être habitée d'une certaine tristesse.

«Ils peuvent bien nous obliger à rester durant les jours fériés, mais l'épuisement est déjà là. On ne peut pas en faire plus, se désole Linda T. Giroux, préposée aux bénéficiaires. On ne nous a pas encore robotisés. On n’est que des humains. On essaie de leur donner [aux usagers] tout ce dont ils ont besoin, mais on manque de monde.»

Des congés refusés

Le torchon brûle entre le syndicat des employés et la direction du CIUSSS. Les congés fériés et le temps supplémentaire obligatoire répété feront assurément partie des discussions en prévision du renouvellement de la convention collective.

«Ce qu'on souhaite, c'est que nos salariés aient au moins droit à l'un des deux congés. Eux aussi, ils ont des familles et aimeraient passer Noël ou le jour de l'An avec eux», affirme Pascal Bastarache, de la CSN.

L'une de ses membres admet que les temps sont durs pour le moral.

«On demande des congés, ils ne sont jamais acceptés. Il faut se battre pour les avoir et encore... On est épuisé physiquement, moralement. On n’a pas la chance de se reposer à la maison avec notre famille», déplore la préposée aux bénéficiaires Catherine Héroux. Cette dernière affirme que plusieurs de ses collègues savent déjà qu'ils travailleront tout au long de la période des Fêtes.

«Forcer les gens à travailler en temps supplémentaire, ça nous brise le cœur, admet Mathieu Desjardins. C'est une solution de derniers recours pour offrir des soins sécuritaires. On a l'obligation de prendre tous les moyens nécessaires pour ne pas en arriver à ça. Actuellement, on fait tout ce qu'on peut pour que tout le monde ait droit à au moins un congé.»

Du 1er janvier au 31 octobre, 1600 personnes ont été embauchées par le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec. L’organisation prévoit d’ailleurs l'ajout de 300 autres infirmières et préposés aux bénéficiaires d'ici la fin de 2018.

Dans la même catégorie