/news/society

Non-conforme à la réglementation

La boisson Four Loko retirée des tablettes

Agence QMI et TVA Nouvelles

***Voyez ci-dessus notre reportage portant sur le cas d'une jeune fille tombée dans un coma éthylique après une seule canette de Four Loko***   

Les breuvages Blue Spike, dont la boisson Four Loko très populaire chez les jeunes, font l’objet d’un rappel parce qu’ils contiennent de l'alcool éthylique plutôt que de l'alcool issu de la fermentation du malt, a fait savoir l’entreprise Embouteillage Solar mercredi.

À LIRE ÉGALEMENT:

Des boissons alcoolisées inquiètent

Une pub de boisson dangereuse à l’UQAM

Elle tombe dans le coma après une canette de Four Loko

«L'utilisation de l'alcool éthylique n'est pas conforme à la réglementation prévoyant que seuls la bière, le cidre, le vin ou les produits artisanaux peuvent être mis en marché chez les détaillants en alimentation», a précisé la compagnie, qui souligne que la substitution de ces ingrédients n'a pas d'effet sur la teneur en alcool ou sur la qualité des produits.

«Afin de se conformer à cette réglementation, les bannières d'alimentation et les distributeurs ont déjà été avisés du rappel et un avis sera acheminé à l'ensemble des détaillants en alimentation au cours des prochaines heures», a ajouté la compagnie.

Les produits suivants sont notamment concernés: Baron, Mojo, Octane, les boissons aux fruits Seagram et Four Loko.

Rappelons que ce dernier produit est une boisson fruitée avec 11,9 % d'alcool au cœur d’une controverse puisque plusieurs cas d’hospitalisation ont été répertoriés, notamment au Saguenay où trois étudiants se sont retrouvés à l’urgence au début septembre.

Aux États-Unis, le produit est surnommé «black-out in a can» (perte de conscience en canette).

Inspections révélatrices

Le 20 novembre dernier, la Régie des alcools, des courses et des jeux, a envoyé une mise en demeure à Embouteillage Solar inc, qui s’occupe de la production du Four Loko.

Des inspections menées à l’usine de Terrebonne ont révélé que le procédé de fabrication n’était pas conforme.

«Un permis c’est un privilège, pas un droit», a fait savoir Joyce Tremblay, responsable des communications à la Régie des alcools, à TVAnouvelles.ca.

Aucune amende n’est prévue pour ce type d’infraction, mais le permis de l’entreprise pourrait être suspendu ou révoqué si elle est trouvée coupable aux infractions qu’on lui reproche.

Une audience est prévue à la fin du mois de décembre.

Par ailleurs, Embouteillage Solar a mis fin à sa relation d’affaires avec Blue Spike, qui commercialise le Four Loko au Québec, ainsi que plusieurs autres marques, a appris TVA Nouvelles.

Les autres marques visées par le rappel sont : Baron, Mojo, Octane et les boissons aux fruits Seagram.

Dans la même catégorie