/regional/quebec/quebec

Demandes au gouvernement

La Ville de Québec veut faire baisser les primes aux ex-élus

Taïeb Moalla | Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUÉBEC

Malgré ses demandes répétées au gouvernement, la Ville de Québec n’a toujours pas obtenu la possibilité de faire baisser les montants des primes versées à ses ex-élus, a soutenu Jonatan Julien.

À LIRE ÉGALEMENT

Près de 759 000 $ pour six anciens élus de Québec

Le vice-président du comité exécutif a rappelé mercredi la demande récurrente de la Ville de Québec dans ce dossier. À ses yeux, il faudrait fusionner les allocations de départ et de transition et calquer les règles de calcul sur celles appliquées aux élus provinciaux.

«Globalement, ça baisserait un peu le total (des primes). Actuellement, on n’a pas le pouvoir de modifier les règles», a soutenu M. Julien.

«Normal»

La Ville ne s’oppose pas au principe des allocations. Elle juge même qu’il est «normal» que les élus municipaux, qui ne bénéficient pas de l’assurance-chômage, aient droit à des primes.

Cela dit, les règles de calcul devraient être harmonisées. Selon M. Julien, une lettre dans ce sens a été envoyée au gouvernement en 2016, mais la Ville n’a toujours pas reçu de réponse.

L’attachée de presse du ministre des Affaires municipales n’a pas rappelé «Le Journal de Québec» mercredi.

Mardi, un communiqué de la Ville de Québec rapportait que sept anciens conseillers municipaux allaient se partager la somme brute de 767 000 $ à titre d’allocations de départ et de transition.