/regional/quebec/quebec

Québec-Lévis

Troisième lien: d'autres solutions seront également à l'étude

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

Stevens Leblanc, Agence QMI

Les professionnels qui étudieront, d’ici 2020, la possibilité d’implanter un troisième lien Québec-Lévis devront aussi évaluer le potentiel de plusieurs autres solutions afin de réduire la congestion.

L’appel d’offres publié par le ministère des Transports (MTQ), dans la foulée du point de presse de lundi, ratisse beaucoup plus large que le seul scénario du troisième lien. Le MTQ s’attend à un portrait complet de la situation pour justifier ses futures interventions. L’objectif général visé par l’étude d’opportunité est «d’optimiser les déplacements entre les deux rives afin de réduire la congestion aux périodes de pointe à l’échelle régionale», peut-on lire.

«Optimisation des liens»

L’entreprise ou le consortium qui décrochera le contrat de plusieurs millions de dollars en 2018 devra aussi se pencher sur «l’optimisation des liens existants» comme le pont Pierre-Laporte et le pont de Québec, mais également la traverse Québec-Lévis, les pistes cyclables, le réseau de transport en commun ou encore le réseau ferroviaire.

La «gestion des voies de circulation sur les ponts», par exemple, devra être documentée. Plusieurs «solutions technologiques» devront également être analysées: systèmes de transport intelligents, télétravail, systèmes de covoiturage ou encore mesures de tarification (ex: péage). «Une recherche sur les expériences canadiennes et étrangères dans le domaine est attendue à cette étape», précise-t-on dans le volumineux document.

L’objectif est d’identifier «les solutions les plus prometteuses dans chaque famille de solution pour en venir à une recommandation finale qui pourrait comprendre une combinaison de solutions», indique-t-on, afin de «remédier à la problématique à court, moyen et long terme».

Quant au 3e lien lui-même, trois types d’infrastructures seront à l’étude: un lien de surface (pont), un lien sous-fluvial (tunnel), un lien fluvial (traversier) ou une combinaison de plusieurs types de liens.

Lisée demeure sceptique

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, «ne serait pas surpris» que le bureau de projet puisse conclure que le 3e lien «n’est pas une solution pour la congestion». Il milite plutôt pour un système de transport en commun «robuste».

En entrevue à Radio-Canada, mercredi, il a également soutenu que le PLQ et la CAQ sont guidés par l’électoralisme dans ce dossier.

Dans la même catégorie