/news/politics

Période de questions

Couillard compare le «Bonjour/Hi» au Pastagate

Charles Lecavalier | Agence QMI

Periode des questions

Simon Clark/Agence QMI

Philippe Couillard regrette les impacts négatifs sur l’image du Québec à l’étranger à la suite de l’adoption d’une motion qui demandait aux commerçants d’abandonner la formule «bonjour/hi», pas assez francophone, pour accueillir leurs clients.

Le premier ministre a pris la parole en anglais durant la période de questions pour tenter de limiter les dégâts auprès de la communauté anglophone, qui a vivement réagi à cette motion adoptée grâce à l’appui unanime des députés du PLQ, incluant M. Couillard.

M. Couillard a affirmé que l’anglais n’est pas une langue étrangère au Québec. Il a ensuite dit que le débat sur le bonjour/hi ridiculise le Québec sur la scène internationale. M. Couillard fait maintenant un parallèle avec le Pastagate, nom informel d’une affaire qui a fait les choux gras de la presse après qu’un inspecteur de l’Office québécois de langue française a donné une contravention à un restaurant italien parce qu’il utilisait des mots comme «pasta» dans son menu.

C’est la ministre de la Culture Marie Montpetit qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière lors d’une entrevue à TVA où elle a indiqué que l’usage de cette formule était un «irritant».

Le PQ a ensuite repris la balle au bond et proposé l’adoption d’une motion pour que «[L’Assemblée nationale du Québec] invite tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot bonjour». Elle a reçu l’appui de tous les partis, incluant le PLQ.

Dans la même catégorie