/news/law

Centre évangélique Parole de Vie

De nouvelles accusations contre un pasteur de Québec

Nicolas Lachance | Agence QMI

De nouvelles accusations à caractère sexuel ont été portées contre le pasteur Paul Mukendi, surnommé «l’apôtre de la ville de Québec», jeudi matin au palais de justice. D’anciens membres de cette église affirment que l’homme aurait fait d’autres victimes.

Le révérend de 40 ans Paul Mukendi, fondateur et président international du Ministère Paul Mukendi, mais aussi Pasteur principal du Centre évangélique Parole de Vie à Québec, aurait fait deux nouvelles victimes, selon l’acte d’accusation.

«L’enquête policière a permis de porter des chefs d’accusation concernant deux nouvelles victimes», a expliqué la procureure de la Couronne, Sonia Lapointe. «Des chefs d’accusation d’agression sexuelle, de contact sexuel envers une personne pour laquelle il est en situation de confiance et d’autorité, et une accusation de voie de fait. L’enquête est toujours en cours».

Ainsi, trois victimes ont maintenant porté plainte et Mukendi fait maintenant face à 14 chefs d’accusation. L’homme, qui aurait commis tous ces gestes entre avril 2002 et mars 2016, n’était pas présent lors de sa comparution. Il continue toujours de célébrer devant ses fidèles.

Dénoncer

Plusieurs anciens membres de la communauté étaient présents au palais de justice afin d’encourager ces victimes alléguées à dénoncer les gestes reprochés au pasteur évangélique.

«Je suis venu encourager les victimes qui ont eu le courage de dénoncer. On veut la justice, a indiqué Grace Diallo, qui a fait partie de la congrégation entre l’âge de 10 ans et 14 ans. J’étais à cette église avec mes parents. Je pense que mes parents ont senti de la pression.»

Selon Mme Diallo, il y aurait de nombreuses autres victimes, mais qu’elles refuseraient de dénoncer en raison «de la culture». «On n’a pas l’habitude de parler et dénoncer des affaires comme ça.»

«Il y en a plus de trois, ça, c’est certain. Il y a toute sorte de victimes. Il y a plusieurs victimes et elles ont juste à venir parler. Pour l’instant, elles n’ont pas le courage. C’est triste», a-t-elle souligné, croyant que le courage des plaignantes pourrait mener les autres à se délier la langue. «Je pense que plusieurs vont commencer à ouvrir la bouche et parler».

Elle soutient également que les gens qui continuent à aller prier à l’église et côtoyer le pasteur sont «ignorants». «On doit montrer les preuves pour qu’ils croient à ce que l’on dit. Des preuves palpables, parce que c’est la foi», a dit celle qui connaît bien ces victimes alléguées.

Orateur controversé

Entre temps, le pasteur Paul Mukendi accueille encore chaque jour ses fidèles dans le local situé sur le boulevard Pierre Bertrand, à Vanier. Sur sa chaine YouTube, on peut y voir le pasteur faire de nombreux discours homophobe très enflammé devant les membres de sa communauté. Il va jusqu’à dire que «l’homosexualité est démoniaque, c’est une abomination».

Le site Internet de la communauté parle d’un «orateur éloquent portant le manteau prophétique» et que «les messages du Révérend Paul Mukendi sont accompagnés de miracles puissants et viennent libérer, édifier, restaurer, guérir et transformer la vie des gens».

Dans la même catégorie