/regional/sherbrooke/estrie

Inscrit sur une liste de clémence

Espoir renouvelé pour les proches de Raif Badawi

Guillaume St-Pierre | Agence QMI

La femme du blogueur saoudien Raif Badawi, emprisonné depuis 5 ans et demi, vit un espoir renouvelé de revoir le père de ses trois enfants avant longtemps puisque ce dernier pourrait bientôt recevoir un pardon royal en Arabie saoudite.

Dans un soudain revirement de situation, le nom de M. Badawi serait sur une liste de détenus qui pourraient obtenir la clémence du régime de Riyad.

«C’est la première fois que j’apprends que Raif est sur la liste pour obtenir le pardon du roi, a déclaré Ensaf Haïdar en conférence de presse à Ottawa jeudi. J’espère qu’il sera le prochain pardonné.»

«Oui, j’ai de l’espoir», a-t-elle ajouté.

Le nouveau prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a entrepris une série de réformes depuis le début de son règne en juin.

Mme Haïdar soutient que Raif Badawi deviendrait le premier prisonnier à recevoir le pardon pour une offense relative aux droits de la personne.

Elle note par ailleurs que les gestes reprochés à M. Badawi ne seraient plus considérés comme des crimes aujourd’hui en Arabie saoudite, à la suite des réformes.

M. Badawi a été condamné en juin 2012 à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet et près de 300 000 $ d'amende pour avoir simplement exprimé ses idées dans son pays natal.

Sa femme et ses trois enfants ont obtenu l'asile politique au Canada en décembre 2013 et vivent depuis à Sherbrooke.

Ensaf Haïdar a appris la bonne nouvelle en novembre lors d’un voyage en Autriche. Elle ne sait toutefois pas combien de personnes se trouvent sur la liste de pardon ni quand son mari pourrait être gracié.

Dans la même catégorie