/regional/troisrivieres/mauricie

Bâtiment inoccupé

La présence de squatteurs inquiète à Trois-Rivières

Agence QMI

Deux jours après l’incendie qui a ravagé un bâtiment inoccupé de Trois-Rivières, des résidents s’inquiètent de la présence de squatteurs dans d’autres immeubles de la ville.

La thèse du geste criminel est toujours sur la table dans le dossier du violent incendie qui a ravagé mardi matin l'ancienne crémerie des Trois-Rivières. La veille du sinistre, des squatters se sont introduits dans le bâtiment inoccupé.

«On a dû intervenir pour un appel d'introduction par effraction et à notre arrivée on a constaté qu'il y avait une vitre de brisée et des objets à l'intérieur», a expliqué jeudi Luc Mongrain, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Ce bâtiment n'est pas le seul en ville à recevoir la visite de vandales. L'hiver dernier, les pompiers ont été appelés à deux reprises à l'église Sainte-Marie-Madeleine. Un an plus tard, l'édifice est toujours à l'abandon et les voisins en ont ras le bol.

«Je ne suis pas tanné, je suis écœuré. C'est un vrai dépotoir», a confié un voisin d'en face.

«Il y a des jeunes qui vont se promener là-dedans», a ajouté une dame qui reste à proximité.

Dans bien des cas, la Ville a les mains liées, mais parfois des mesures extrêmes s'imposent pour une question de sécurité.

«Si le propriétaire refuse de collaborer, on peut aller devant un juge pour demander une autorisation pour sécuriser le bâtiment et ensuite envoyer la facture au propriétaire», a précisé Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

C'est ce qui a été fait en 2015 avec l'ancienne église Saint-Philippe au centre-ville. Une démolition qui était nécessaire, mais qui s'est avérée coûteuse pour la Ville.

Dans la même catégorie