/news/society

Campagne de prévention

Le Nunavik inquiet de la légalisation du cannabis

Kathryne Lamontagne | Agence QMI

Les problématiques liées à la consommation de cannabis au Nunavik pourraient bien «empirer» avec la légalisation, craint la société Makivik, qui demande des ressources additionnelles pour faire de la prévention à cet effet.

Le taux de consommation de cannabis au Nunavik est le plus élevé au Québec et atteint près de quatre fois celui du Canada, a statué jeudi Sarah Aloupa, en commission parlementaire sur le projet de loi 157 visant à encadrer l’usage de cannabis.

Le marché noir est présent, la facilité d’accès au cannabis est élevée. Des jeunes sont initiés dès l’âge de 11 ans à cette substance, la consommation peut devenir fréquente chez les 12-13 ans, se désole celle qui est membre de l’exécutif de la Commission scolaire du Nunavik.

Fausses perceptions

Le cannabis n’est pas perçu comme étant «mauvais», a-t-elle expliqué, ajoutant que certains jeunes le considèrent comme étant même plus sécuritaire que l’alcool. La légalisation pourrait renforcer cette perception, déplore la société Makivik. Les jeunes pourraient croire, à tort, que la substance ne cause pas de problématique de santé.

Les mentalités doivent changer, autant chez les jeunes que leurs parents, soutient le groupe. Le cannabis peut être lié aux problèmes émotionnels, à la dépression ou aux pensées suicidaires chez ceux qui en consomment depuis un an, avance Françoise Bouchard, directrice de la santé publique au Nunavik, en plus d’avoir un impact sur le décrochage, déjà élevé dans la région.

Pas de moyens

Le Nunavik n’a toutefois pas les moyens de mettre sur pied des campagnes d’éducation, de prévention ou de traitement dans les 14 communautés du territoire qui représente le tiers de la superficie du Québec, poursuit Mme Bouchard. Les centres de services actuellement en place sont «clairement insuffisants», plaide-t-elle.

Le projet de loi 157 prévoit 25 millions $ par année sur 5 ans pour la prévention. L’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec proposait plus tôt dans la journée que l’ensemble des profits générés par la vente de cannabis soit réinvesti dans la prévention.

La ministre déléguée aux Services sociaux, Lucie Charlebois, qui pilote ce dossier, a fait savoir qu’environ la moitié des profits permettrait de payer la dette et les frais de fonctionnement de la Société québécoise du cannabis, et que le reste irait à la prévention.

Dans la même catégorie