/news/society

Rappel de boissons alcoolisées

Les boissons Four Loko de retour en force en 2018

TVA Nouvelles

archives, TVA Nouvelles

archives, TVA Nouvelles

L’entreprise qui commercialise les boissons alcoolisées Four Loko a bien l’intention de remettre le produit fort prisé chez les jeunes sur les tablettes, et ce dès février 2018.

À LIRE ÉGALEMENT

Deux Four Loko à vendre sur Kijiji... pour 50$!

La boisson Four Loko retirée des tablettes

Elle tombe dans le coma après une canette de Four Loko 

Les breuvages commercialisés par Blue Spike font l’objet d’un rappel parce qu’ils contiennent de l'alcool éthylique plutôt que de l'alcool issu de la fermentation du malt.

La nouvelle du rappel a été annoncé par l’embouteilleur Solar mercredi, qui s’occupait d’une partie de la production des Four Loko, mais également d’autres marques, dont Baron, Mojo, Octane et les boissons aux fruits Seagram.

Dans un communiqué émis mercredi en fin de journée, Blue Spike a fait savoir de son côté que les boissons alcoolisées n’avaient «pas été produites selon nos spécifications ni les règlements en vigueur au Québec.»

«Blue Spike a fait cesser la commercialisation des dits produits, et nous travaillons avec la RACJ pour déterminer les prochaines étapes. Blue Spike prend cette situation très au sérieux», a indiqué l’entreprise dans son communiqué.

Par ailleurs, Blue Spike souligne qu’une entente avec un nouvel embouteilleur de «réputation internationale et qui possède de nombreuses accréditations» a déjà été conclue.

La production et l’embouteillage des produits Blue Spike, dont le Four Loko, recommenceront donc dès février 2018.

Le produit sera à nouveau disponible à ce moment.

«Malgré l’impact négatif temporaire sur nos ventes, cette nouvelle entente nous assure qu’une telle situation ne se reproduira plus, et que nos clients pourront continuer de consommer nos produits dans quelques semaines», conclut Blue Spike.

Le Four Loko est une boisson fruitée avec 11,9 % d'alcool au cœur d’une controverse puisque plusieurs cas d’hospitalisation ont été répertoriés, notamment au Saguenay où trois étudiants se sont retrouvés à l’urgence au début septembre.

Aux États-Unis, le produit est surnommé «black-out in a can» (perte de conscience en canette).

Dans la même catégorie