/news/currentevents

Bilan 2017

Une centaine d'enquêtes actives à l'UPAC

Agence QMI

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) mène toujours de front une centaine d'enquêtes en cette fin d'année, montre le bilan annuel du l'organisme publié jeudi.

Dans un communiqué, l'UPAC a indiqué avoir 77 enquêtes criminelles et 24 enquêtes pénales toujours actives au moment de faire son bilan annuel, tandis que 40 dossiers d'enquête se trouvent maintenant devant les tribunaux et que 14 autres sont examinés par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Par ailleurs, l'UPAC a continué à engranger des informations en provenance de citoyens au cours de l'année alors qu'elle a reçu 780 dénonciations, soit plus de deux par jour.

«Je reconnais que certaines de nos enquêtes sont longues, mais la rigueur que nous y mettons permet d’obtenir des condamnations, des peines d’emprisonnement, des blocages et des saisies d’actifs, ainsi que des amendes financières qui sont retournées dans les coffres de l’État», a évoqué le commissaire Robert Lafrenière, par communiqué

L'équipe dédiée à la construction de l'UPAC a visité 311 chantiers au cours de l'année, infligeant ainsi 480 000 $ d'amendes pour des heures impayées. Celle associée à Revenu Québec a, de son côté, imposé des amendes totalisant 440 000 $ et obtenu sept condamnations.

Année mouvementée

L'UPAC a connu un automne fort mouvementé, allant de rebondissement en rebondissement.

Entre autres, l'Unité a perdu son numéro 2, Marcel Forget, qui a démissionné en novembre à la suite d'un reportage de notre Bureau d'enquête montrant qu'il aurait servi d'intermédiaire pour la vente d'actions de l'entreprise Newtech, même s'il ne possédait pas de permis de courtier.

L'UPAC s'est aussi retrouvé englué dans une saga médiatique après avoir procédé à l'arrestation du député Guy Ouellette, qui présidait alors la Commission des institutions, notamment chargée d'évaluer si l'UPAC deviendra un corps policier permanent. Cette arrestation avait causé un tollé à l'Assemblée nationale et forcé le commissaire Lafrenière à s'expliquer.

Des allégations de collusion entre l'Autorité des marchés financiers, l'UPAC et une firme de consultants dans le système d’accréditation des contrats publics ont aussi éclaboussé l'UPAC.

Les activités de l'UPAC de 2011 à 2017

- 186 individus et personnes morales accusés au criminel

- 145 individus et personnes morales accusés en matière pénale

- 113 déclarations de culpabilité (83 au criminel, 30 au pénal)

- 3,3 millions $ en amendes imposées pour des infractions en matière pénale.

- 4,6 millions $ récupérés en heures non déclarées sur les chantiers publics

- 5000 signalements de citoyens

Dans la même catégorie