/news/society

Santé

Les patients en santé mentale engorgent les urgences

Hugo Duchaine | Agence QMI

AGENCE QMI

Soignés plus longtemps que les autres et deux fois plus souvent sur une civière, les patients qui se présentent aux urgences avec des problèmes de santé mentale engorgent les hôpitaux, dévoile un rapport publié mardi.

«C’est un signal d’alarme», soutient la porte-parole en santé du Parti québécois, Diane Lamarre, à propos du rapport de la commissaire à la santé et au bien-être, Anne Robitaille.

Il révèle que lors d’une visite à l’urgence, un patient en santé mentale y restera en moyenne 12,5 heures. C’est 3,8 heures de plus que les visites à l’urgence pour un problème de santé physique.

21 heures

Le séjour peut même durer près de 21 heures pour des troubles graves. Les problèmes de santé mentale comprennent la démence, la schizophrénie, l’anxiété et la dépression, ou encore les tentatives de suicide, entre autres.

Les patients couchés sur civière à l’urgence en santé mentale sont aussi environ deux fois plus nombreux que pour les visites en santé physique.

« Une organisation plus ou moins efficiente de la première ligne en santé mentale a des répercussions importantes sur l’utilisation adéquate ou non des services d’urgence », écrit la commissaire.

Si le premier réflexe d’une personne en détresse est de se rendre aux urgences, il est vrai que des services de première ligne, soit dans la communauté, pourraient leur venir en aide, dit Mme Lamarre.

« On manque définitivement de psychologues accessibles en première ligne », poursuit la députée, qui déplore que les malades doivent maintenant passer par un médecin de famille pour les consulter.

Car, toujours selon le rapport de la commissaire, un patient sur 10 en santé mentale est retourné au moins trois fois à l’urgence dans la même année.

Pire encore, poursuit Mme Lamarre, les malades attendent huit heures pour voir un psychiatre, et seulement 58 % des personnes avec un trouble grave sont hospitalisées. Donc, près de la moitié est retournée chez elle.

Problème connu

« Les gens atteints d’un trouble grave de santé mentale sont reconnus par la littérature scientifique comme causant une importante consommation des services d’urgence et d’hospitalisation », écrit par courriel une porte-parole du ministère de la Santé.

C’est pourquoi, poursuit-elle, les services en santé mentale ont été bonifiés de 26,5 millions $, dont un million $ pour les services de crise, permettant de donner des soins à plus de 5000 personnes supplémentaires.

Le gouvernement a aussi récemment annoncé la création d’un programme public de psychothérapie.

En chiffres

226 000 visites en santé mentale dans les urgences du Québec entre mars 2016 et mars 2017.

Cela représente 6 % de toutes les visites.

Les patients sur civière représentent 56 % des visites à l’urgence en santé mentale. C’est environ deux fois plus élevé que pour les visites en santé physique.

9,3 % des patients avec un trouble léger quittent l’urgence sans prise en charge médicale. C’est le cas de 4,3 % des visites avec un trouble grave.

Le délai moyen pour obtenir la consultation d’un psychiatre à l’urgence est de 8,2 heures.

Près d’un patient sur dix (9 %) a fait au moins trois visites dans l’année.

Visites en santé mentale

♦ 37% liées à des troubles modérés

♦ 19% liées à des intoxications 

♦ 31% liées à des troubles légers 

♦ 11% sont des troubles graves 

10 pires urgences au Québec, mardi (taux d’occupation)

Hôtel-Dieu de Sorel-Tracy (Montérégie) : 200%

Centre hospitalier Anna-Laberge (Montérégie) : 196 %

Hôpital du Suroît (Montérégie) : 191 %

Hôpital de Saint-Eustache (Laurentides) : 175 %

Hôpital Honoré-Mercier (Montérégie) : 169 %

Hôpital Pierre-Boucher (Montérégie) : 157 %

Hôpital Memphrémagog (Estrie) : 157 %

Hôpital Sainte-Croix (Mauricie et Centre-du-Québec) : 147 %

Hôpital Fleurimont (Estrie) : 146 %

Hôpital et CLSC de Val-d’Or (Abitibi-Témiscamingue) : 145 %

Des services trop peu subventionnés

Les organismes d’aide aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale estiment qu’ils sont sous-subventionnés par le gouvernement, ce qui les empêche de bien désengorger les urgences.

« La santé mentale c’est le parent pauvre du système de santé [...] Il faudra faire des investissements, car c’est un problème criant », tonne le président du Regroupement provincial des comités des usagers, Pierre Blain, qui ne s’étonne pas des chiffres publiés mardi dans le rapport de la commissaire.

Un bon pas

Il salue néanmoins le programme d’accès à la psychothérapie, qu’il voit comme un pas dans la bonne direction.

Mais parmi les services de première ligne existants, il y a les centres d’intervention de crise. Leur but est justement de désengorger les urgences, dit la directrice de l’Autre maison, l’un de ces centres à Montréal, Isabelle Ferland.

L’an dernier, elle est venue en aide à plus de 1000 patients. Elle déplore qu’il lui manque 200 000 $ afin d’en aider plus, notamment en offrant un service nuit et jour, comme les hôpitaux. Son équipe se rend même dans les urgences, quand elle le peut, pour donner un coup de main.

« [Les centres de crise] sont de petits organismes sous-financés qui ne sont pas en mesure d’offrir toute la gamme de services qu’ils voudraient », indique-t-elle.

Pas partout

Pour sa part, Hélène Fradet, la directrice générale du Réseau Avant de craquer, qui regroupe 39 associations venant en aide aux proches de personnes souffrant de maladie mentale, soutient que malheureusement les centres d’intervention de crise ne sont pas présents dans toutes les régions.

« Nous sommes sous-financés », dit-elle. Son réseau a demandé pas moins de 7 millions $ au gouvernement pour réussir à répondre à la demande et soulager les familles afin que l’urgence ne soit qu’un ultime recours.

« Il faut les aider dès le début de la maladie », plaide-t-elle.

Dans la même catégorie