/regional/estduquebec/basstlaurent

Après un départ à la retraite

Un poste d’infirmière aboli dans le Bas-Saint-Laurent

Laurie Dufresne | TVA Nouvelles

Les patients du Centre de santé et de services sociaux de la Mitis, dans le Bas-Saint-Laurent, sont découragés. En date du 20 décembre, ils se retrouvent sans infirmière de coordination de nuit puisque le poste a été aboli.

«La coordonnatrice était le souffle. C'était la personne qui venait donner un coup de main ici et là, pour pallier au manque de personnel. En coupant cette ressource-là, l'équipe se dit : "on avait déjà de la misère à finir la journée. Si vous nous enlevez cette personne-là, c'est encore pire"», a expliqué la présidente régionale de la FIQ, Aline Boucher.

Les préposés aux bénéficiaires, déjà en sous-nombre selon la FIQ, devront recevoir une formation concernant les alarmes pour pallier au manque créé.

Cette abolition s'ajoute à un départ à la retraite d'une infirmière auxiliaire l'an dernier, qui n'a jamais été remplacée.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, joint sa voix à celle de la FIQ pour dénoncer cette situation, et toutes les coupures de services similaires vécues ailleurs dans la région.

«Ce sont les travailleurs de la santé qui vont se retrouver à être les patients si ça continue. [...] Que ce soit Mont-Joli, Amqui ou Matane, je vois les mêmes choses. Je vois de l'épuisement, du manque de ressources, du manque de temps pour s'occuper convenablement des patients et des patientes, a dit M. Bérubé.

«Je sors de trois ans et demi en soins longue durée avec mon père au CHSLD de Matane. Le problème, ce n'est pas nos professionnels de la santé. Ce sont les conditions dans lesquelles ils évoluent.»

«Pour avoir fait le tour de tous les CHSLD de la région en novembre, c'est généralisé. Dans les CHSLD, c'est de la détresse, c'est du manque de personnel flagrant autant chez les infirmières, infirmières auxiliaires que les préposés aux bénéficiaires», a ajouté Mme Boucher.

Cette dernière a d’ailleurs remis le livre noir de la FIQ au député Bérubé. Il contient divers incidents relevés dans le réseau de la santé en raison des coupures. Pascal Bérubé s'est engagé à le remettre au ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour. Il insistera auprès de lui pour que le ministre de la Santé Gaétan Barrette le reçoive ensuite.

Dans la même catégorie