/news/society

Agence de la santé publique du Canada

L’éclosion d'infections à l’E. coli se poursuit

Agence QMI

Dix nouvelles infections à l’E. coli associées à la consommation de laitue romaine ont été recensées au pays, a indiqué jeudi l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Le nombre de cas liés à cette récente éclosion s’élève maintenant à 40.

Dans une mise à jour d'un avis publié la semaine dernière, l’agence fédérale recommande aux personnes qui se trouvent au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador de ne pas consommer de laitue romaine jusqu’à nouvel ordre.

Dans son enquête, l’ASPC collabore avec ses partenaires provinciaux de la santé publique, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et Santé Canada afin de comprendre les causes de la contamination et la provenance de la laitue contaminée.

13 cas au Québec

L’éclosion touche principalement l’est du Canada. Le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador sont jusqu’à présent les provinces les plus sévèrement touchées avec 13 cas sur leur territoire respectif. Huit cas ont été recensés en Ontario, cinq au Nouveau-Brunswick et un en Nouvelle-Écosse.

Les personnes qui ont été contaminées sont âgées de 4 à 85 ans et sont tombées malades au mois de novembre et au début de décembre. Seize d’entre elles ont été hospitalisées et une est décédée. Parmi les personnes affectées, 73 % sont de sexe féminin.

La majorité des personnes contaminées ont consommé de la laitue romaine à la maison et au restaurant peu avant d’être malades.

L'éclosion se poursuit

Les nouveaux cas de contamination à l’E. coli laissent croire à l’ASPC que l’éclosion se poursuit et que les laitues romaines contaminées pourraient encore se trouver sur le marché, soit dans les restaurants et dans les épiceries.

La souche d'E. coli à l'origine de cette éclosion (E. coli 0157) est susceptible de causer de graves symptômes (nausées, vomissements, maux de tête, fièvres, crampes violentes, diarrhées liquides ou sanglantes) qui durent habituellement cinq jours.

Les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées sont plus à risque de développer des complications graves en cas d’exposition à la bactérie.

Dans la même catégorie