/finance/homepage

Étape importante

Korean Air prend possession de son premier C Series

Agence QMI

Bombardier a franchi une autre étape importante dans son programme C Series, vendredi, en livrant son tout premier avion de ligne CS300 à Korean Air, son client de lancement en Asie.

Basé à Séoul, en Corée du Sud, Korean Air a pris possession de son premier CS300 commandé en 2011 et il doit en recevoir un deuxième d’ici la fin de l’année. Tous deux comprennent 127 sièges.

Korean Air a pris une commande ferme de 10 avions CS300, contrat qui comprend des options pour 10 appareils supplémentaires ainsi que des droits d’achat pour 10 autres avions.

Année en dents de scie

Bombardier a connu une année en dents de scie et aurait aimé produire davantage d’avions. L’avionneur québécois en a livré une vingtaine en 2017, notamment à cause de problèmes d’approvisionnement chez le fabricant de moteurs Pratt & Whitney.

Depuis les premières livraisons de CS100 et de CS300 à l’été 2016, Bombardier a livré 23 appareils de son programme C Series, qui est maintenant détenu majoritairement par Airbus. Huit de ces appareils étaient des CS100 et 15 autres étaient des CS300.

En quelque 18 mois, ce sont 2,5 millions de passagers qui ont voyagé à bord d’appareils de la C Series, selon Bombardier.

«Nous avons connu beaucoup de succès en Europe avec Air Baltic et Swiss Air. Le marché s’ouvre continent par continent et nous sommes très fiers, car Korean Air est une compagnie de renom, membre de Star Alliance, ce qui fait en sorte que lorsqu’on réussit de telles transactions, c’est une marque de confiance pour nos avions», a indiqué en entrevue avec l’Agence QMI Nathalie Siphengphet, chef des communications et des affaires publiques pour Bombardier Avions commerciaux.

Le marché asiatique est certainement dans la ligne de mire de la C Series, alors qu’on évalue que les transporteurs de ce continent auront besoin d’ici 20 ans de près de 2900 petits avions-monocouloirs comme ceux développés au Québec par Bombardier.

Le carnet de commandes de l’entreprise demeure malgré tout bien garni avec 341 appareils, mais le conflit l'opposant à Boeing et au Département du commerce américain assombrit le portrait.

Mercredi, Washington a donné une victoire sur toute la ligne à Boeing, qui accusait Bombardier d’avoir vendu ses avions C Series à des prix «dérisoires». Une pénalité de 292 % sera appliquée à chaque appareil vendu par l’entreprise québécoise à Delta Air Lines.

Par ailleurs, on apprenait jeudi que le géant américain était en pourparlers avec l’entreprise brésilienne Embraer. «Boeing et Embraer confirment aujourd'hui être en discussions sur un rapprochement de leurs opérations», ont indiqué les deux constructeurs dans un communiqué laconique diffusé en portugais puis en anglais.

Dans la même catégorie