/news/society

Hiver

Pelleter sans se blesser : huit erreurs à éviter

Agence QMI

Man Removing Snow from His Driveway

chiyacat - stock.adobe.com

Montréal reçoit en moyenne 210 cm de neige par année et Québec 300 cm. Considérant que chaque pelletée de neige pèse en moyenne 5 kg, le déblayage peut s’avérer une activité assez exigeante. Particulièrement pour le dos qui est vulnérable à ce type d’effort.

Selon l’Association chiropratique canadienne, 31% des Canadiens croient que le pelletage n’est pas étranger à leurs douleurs musculaires et articulaires.

Chaque année, les chiropraticiens remarquent une augmentation des consultations après chaque chute de neige importante.

«Les patients que nous recevons en clinique après une tempête de neige se présentent principalement avec des douleurs au bas du dos, au cou et aux épaules», a indiqué Dr Guillaume Corbin, chiropraticien et vice-président de l'Association des chiropraticiens du Québec, dans un communiqué.

Les risques de blessure sont encore plus grands lorsque le pelleteur a une condition préexistante qui le rend plus vulnérable à l’effort.

Huit erreurs

Pour éviter une visite chez le chiropraticien dans les prochains mois, voici huit erreurs à ne pas commettre lors des séances de pelletage :

- Tourner seulement le haut de votre corps pour déposer la neige ;

- Pencher le dos en gardant les genoux droits pour soulever une pelletée ;

- Prendre de grosses pelletées difficiles à pousser ou soulever ;

- Lancer la neige au-dessus de votre épaule ;

- Utiliser une pelle de la mauvaise taille ou trop lourde ;

- Se dépêcher pour finir rapidement ;

- Attendre la fin de la tempête avant de pelleter pour éviter d'avoir à recommencer ;

- Négliger de s'échauffer avant de pelleter.

Dans la même catégorie