/news/society

Piles affaiblies

Le froid limite les autos électriques

Benoît Philie | Agence QMI

 - Agence QMI

De nouveaux propriétaires d’autos électriques constatent ces jours-ci les limites de leurs véhicules, qui peuvent perdre jusqu’à la moitié de leur autonomie quand la température descend à près de -20 degrés Celsius.

«Il y a une différence considérable en hiver. Mon auto a une autonomie de 200 kilomètres, mais en bas de -15 °C, oublie ça, je fais peut-être 120 kilomètres avec le chauffage dans le tapis», a lancé Patrick Chouinard, propriétaire d’une Nissan Leaf 2017, totalement électrique.

 

Le trentenaire travaille à Montréal, à une vingtaine de kilomètres de chez lui. Il avait prévu le coup en faisant son choix de voiture, mais il constate aujourd’hui les limites de son achat.

«L’hiver, pour être "safe", tu restes dans un rayon de 50 km. Si je l’avais achetée avec l’objectif de faire de plus longues distances... je serais dans la merde», a-t-il dit, assurant toutefois être satisfait de sa voiture.

Richard Hilaire, propriétaire d’une Chevrolet Bolt 2017, rapporte pour sa part perdre près de 30 % d’autonomie depuis le début de la grande vague de froid, qui frappera la province encore durant une semaine.

Sa capacité de déplacement est passée de 380 à environ 260 km, a-t-il dit.

Piles affaiblies

«J’ai un stationnement souterrain chauffé chez moi, alors ça aide. Mais quand elle reste au froid dehors toute la journée au travail, il y a une différence significative sur l’autonomie», a-t-il observé.

Écologiques et moins chères qu’avant, les voitures électriques et hybrides charment de plus en plus les Québécois. On en retrouve près de 25 000 sur les routes de la province, et les ventes doublent chaque année depuis quatre ans, selon les chiffres de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ).

Le porte-parole de l’AVÉQ, Martin Archambault, confirme que les performances de ces bolides sont affaiblies par les grands froids.

«À partir de -25 °C, on peut atteindre de 40 % à 45 % de baisse d’autonomie, a-t-il dit. Mais disons que ça n’arrive que quelques jours par année habituellement.»

L’énergie nécessaire au chauffage de l’habitacle et l’affaiblissement des capacités de la pile sont responsables de ces difficultés.

«On est dans une période extrême en ce moment, et c’est là que les gens qui ont été mal conseillés lors de l’achat réalisent ce que le froid peut faire», a poursuivi M. Archambault.

Des avantages

Ce dernier ajoute que le véhicule électrique demeure avantageux en matière de démarrage, ce que confirme Jean-François Bessette, propriétaire d’une Tesla S85 achetée en 2013.

Si son véhicule peut rouler 300 km au lieu de 400 km en hiver, il démarre toutefois du premier coup, quelle que soit la température, contrairement à certaines autos à essence.

Selon M. Archambault, les prochaines générations de modèles électriques seront aussi performantes que les voitures à essence en matière d’autonomie.

Dans la même catégorie