/news/culture

Hollywood

L’année cinéma en chiffres

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

La fin de l’année, c’est l’heure des bilans. Et les bilans, surtout quand on parle d’Hollywood, s’expriment en chiffres. Voici donc une revue de l’année pour les amoureux des maths!

Les studios hollywoodiens ont également passé un été tout gris. Alors que les mois entre le premier vendredi de mai et le week-end de la fête du Travail sont le moment où les superproductions permettent de faire sonner le tiroir-caisse, l’été 2017 n’a pas été à la hauteur des attentes.

En Amérique du Nord, le box-office estival a été de 3,8 milliards $, une baisse de plus de 14 % par rapport à la même période l’an dernier... et la pire saison estivale depuis 11 ans! Preuve que l’industrie est en crise, aucun studio n’a sorti de film à grand déploiement sur plus de 1000 écrans pendant la fin de semaine de la fête du Travail, une première en 25 ans!

En Amérique du Nord, la palme du film qui a engrangé le plus d’argent au box-office cet été revient à «Wonder Woman» avec ses 406 millions $ (821,8 millions $ à l’international).

Le flop absolu? «La tour sombre» avec des revenus de 88 millions $ en Amérique du Nord pour un budget de production, hors promotion, de 60 millions! Quant à «Valérian et la cité des mille planètes» de Luc Besson, le long métrage le plus cher de l’histoire du cinéma français avec un budget de 180 millions $, il n’a récolté que 132 millions $ à travers le monde.

Heureusement, les mauvais résultats des studios américains ne se sont pas répercutés sur les productions québécoises. Pour la saison estivale, ce dont deux comédies de chez nous qui occupent les premières place. «De père en flic 2» arrive en tête avec des recettes de 6,28 millions $, tandis que «Bon Cop, Bad Cop 2» obtient la deuxième place avec 5,6 millions $. La part de marché du cinéma québécois au box-office s’est donc hissée à 17,9 %... du jamais vu depuis l’été 2005!

Avec ses 821,8 millions $ de revenus au box-office mondial, «Wonder Woman» a battu un nombre impressionnant de records. Ce premier film sur l’Amazone est désormais celui sur les origines d’un superhéros («origin movie») à avoir rapporté le plus d’argent au box-office. L’ancien tenant du titre? Le premier «Spiderman» de Sam Raimi avec Tobey Maguire dans le rôle principal, sorti il y a 15 ans! Mais ce n’est pas tout.

Le film est le plus rentable de tout l’univers étendu de DC Comics en plus d’être le long métrage réalisé par une femme (Patty Jenkins) à avoir engrangé autant d’argent. De surcroît, Diana Prince a fait mordre la poussière à Tony Stark, le premier «Iron Man», celui qui a convaincu Marvel de lancer la série de films actuels, qui n’avait récolté «que» 585,17 millions $!

Le grand gagnant des Oscars qui se sont tenus le 26 février dernier? «Pour l'amour d'Hollywood» avec six statuettes (... mais pas celle du meilleur film!)

Suite aux accusations portées contre Kevin Spacey et aux enquêtes policières subséquentes, actuellement en cours, Ridley Scott n’a pas hésité à l’effacer de «Tout l'argent du monde», qui a pris l’affiche le 25 décembre. Il a embauché Christopher Plummer pour le remplacer. L’acteur canadien a passé plusieurs jours à tourner ses scènes pour lesquelles il aurait été payé 250 000 $ selon le magazine «Variety». Le choix s’est avéré le bon, Plummer ayant récolté une nomination aux Golden Globes qui se tiendront le 7 janvier prochain.

Qui est l’acteur à avoir gagné le plus d’argent cette année? D’après les chiffres compilés par «Forbes», il s’agit de Mark Wahlberg avec 68 millions $. Du côté des actrices, c’est Emma Stone qui domine avec des revenus de 26 millions $.

Les organisateurs de l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto (TIFF) ont présenté pas moins de 255 longs métrages, dont 28 canadiens, et 84 courts-métrages, dont 29 canadiens.

«X-Men: Dark Phoenix» mettant en vedette Sophie Turner («Le trône de fer») dans le rôle-titre a été tourné à Montréal de juin à octobre. Le budget de cette superproduction qui prendra l’affiche en novembre 2018? Environ 200 millions $.

L’Inde, dont l’industrie cinématographique est surnommée Bollywood, a entamé cette année la production du film le plus cher de son histoire. Il s’agit de «Randamoozham», tiré de l’épopée poétique du «Mahabharata». Son budget? Une enveloppe de 155 millions $, alors qu’habituellement, les longs métrages indiens sont produits avec une somme d’environ 25 millions $. Le film, présenté en deux parties, sortira en 2020.

Le long métrage québécois d’animation «La guerre des tuques» est sorti en Chine sur plus de 4 000 écrans! Lors de ses deux premières semaines dans les salles obscures, le film pour enfants a engrangé 7,7 millions $ CAN dans l’empire du milieu!

Avec un budget évalué à 300 millions $, «La ligue des justiciers» serait le film le plus cher de l’année.

À 2 h 44, «Blade Runner 2049» de Denis Villeneuve est la production hollywoodienne la plus longue de 2017. «Star Wars: les derniers Jedi» – le plus long de la franchise – ne dure, quant à lui, «que» 2 h 30.

Les retombées des tournages cinématographiques pour l’économie néo-zélandaise en 2017? Des gains de 720 millions $.

Le Festival Plein(s) Écran(s) n’est pas un festival comme les autres. Cet événement culturel créé au Québec se déroule entièrement sur Facebook. Pour sa deuxième édition, tenue du 22 novembre au 2 décembre, 24 films québécois et 8 films français ont été présentés en ligne. Au total, les 32 films en compétition ont récolté deux millions de visionnements en 10 jours!

Qui est l’acteur le plus populaire sur les médias sociaux? D’après une analyse effectuée par le «Hollywood Reporter» avec des données provenant de Facebook, Twitter, YouTube, Instagram et Google Plus, la première place revient à Dwayne Johnson.

Afin de fêter en grand la 70e édition du Festival de Cannes, la Palme d’or (118 g d’or pur, évaluée à 20 000 euros) remise et réalisée par le joaillier Chopard a été incrustée de 167 diamants.

À quelques jours de la 75e édition des Golden Globes, le long métrage favori est «La forme de l’eau» de Guillermo del Toro qui a obtenu sept nominations. Lors de la cérémonie du 8 janvier dernier, «Pour l’amour d’Hollywood» avec Emma Stone et Ryan Gosling avait fait l’histoire, devenant le tout premier film à gagner tous les prix pour lesquels il était en nomination, soit sept.

Dans la même catégorie