/news/politics

Des dizaines de morts

Le Canada «troublé» par la répression des manifestations en Iran

Agence QMI

Alors que des dizaines de manifestants ont trouvé la mort en Iran depuis le début de la vague de soulèvements qui embrase le pays, le gouvernement canadien a condamné mercredi la répression brutale menée par le régime islamique.

«Le Canada est profondément troublé par les récents rapports faisant état de décès et de détentions de manifestants en Iran», a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, dans un communiqué.

«Le peuple iranien a le droit de se rassembler et de s’exprimer librement, sans devoir subir de la violence ou risquer l’emprisonnement», a-t-elle ajouté.

Le Canada avait déjà demandé la semaine dernière aux autorités iraniennes de respecter les droits de la personne, se disant «encouragé» de voir les citoyens manifester.

Depuis le 28 décembre, un mouvement de contestation contre les conditions économiques difficiles et l’autoritarisme du régime au pouvoir s’est propagé dans les principales villes d’Iran. La répression des manifestations a fait 21 morts, dont un policier, et mené à l’arrestation de plusieurs centaines de personnes.

L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la révolution islamique, a dénoncé les perturbations, marquées par des actes de violence et de vandalisme. Il accuse des puissances étrangères, dont les États-Unis, d’en être responsables.

Le président Hassan Rohani a, quant à lui, reconnu aux citoyens le droit à la critique, tout en condamnant lui aussi le désordre et les violences.

Il s’agit du plus grand mouvement de contestation à toucher l’Iran depuis les rassemblements qui ont suivi la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009.

Dans la même catégorie