/news/currentevents

Drame évité à Saguenay

Un homme s’évanouit, intoxiqué au monoxyde de carbone

Andréanne Larouche et Isabelle Tremblay | TVA Nouvelles

Trois hommes l’ont échappé belle mardi soir à Saguenay, alors qu’ils ont été intoxiqués au monoxyde de carbone pendant qu’ils travaillaient sur des voitures dans un garage du secteur de Laterrière.

Selon la Sécurité publique de Saguenay, le moteur d’un véhicule était en fonction tandis que la porte et les fenêtres du garage étaient fermées. Cependant, le locataire des lieux assure que la porte et les fenêtres étaient bel et bien ouvertes.

Quoi qu'il en soit, au bout d’une heure, l’un des hommes présents dans le garage a perdu connaissance et est tombé au sol.

Ses deux amis ont eu le temps d’appeler les services d’urgence.

Les trois hommes ont été transportés à l’hôpital, où on ne craint pas pour leur vie. L'un d'entre eux a été transféré à l'Hôtel-Dieu de Lévis pour être soigné.

«Le monoxyde prend la place de l'oxygène dans le sang. Lorsque la concentration est trop grande, il faut purifier le système. Une chambre hyperbare devient alors essentielle et il y en a une à Lévis», a expliqué Marc-Antoine Tremblay, conseiller en communication pour le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Aération

Porte entrebâillée ou non, il peut être dangereux de démarrer une voiture dans un espace confiné. «Même avec une fenêtre ou une porte de garage ouverte, il ne faut pas démarrer une automobile, une motoneige ou un outil à moteur. Il est vraiment important de le faire à l'extérieur», a insisté M. Tremblay.

Le monoxyde de carbone est surnommé le tueur silencieux. En plus d'être non irritant, ce gaz toxique est inodore et incolore. La seule façon de s'en protéger est de se munir d'un appareil pour le détecter. «Il faut en installer autant à la maison, au garage ou encore au chalet», a ajouté Marc-Antoine Tremblay.

Nombreux cas d’intoxication

Il y a quelques semaines, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean a lancé une sérieuse mise en garde contre les dangers du monoxyde de carbone.

En 2017, près d'une quarantaine de cas d’intoxication au monoxyde de carbone ont été répertoriés dans la région, alors que la moyenne annuelle est d'une vingtaine de cas.

Dans la même catégorie