/news/law

Procès Lac-Mégantic

Rien de concluant dans la preuve contre Jean Demaître, selon son avocat

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Il n'y a rien de concluant dans la preuve quant au rôle joué par Jean Demaître dans la hiérarchie de la Montreal Maine & Atlantic Railway (MMA), encore moins du pouvoir décisionnel qu'il exerçait dans la gestion du système de sécurité.

C'est ce qu'a mentionné aux jurés jeudi, au palais de justice de Sherbrooke, l'avocat de celui à qui on attribuait les fonctions de superviseur au Québec pour la compagnie.

Au procès des trois ex-employés de la MMA accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic en juillet 2013, c'était au tour des avocats de la défense de prendre la parole jeudi.

Selon Me Gaétan Bourassa, Jean Demaître était le troisième et dernier maillon de la chaîne de sécurité, après Richard Labrie et Thomas Harding, au moment de l’accident.

D'ailleurs, entre le moment où est survenu l'incendie dans la locomotive de tête et celui où le convoi de pétrole est parti à la dérive, il n'a eu aucun contact avec le conducteur du train. Il ne pouvait pas savoir qu'Harding n'avait pas suffisamment appliqué de freins à main, encore moins deviner qu'il n'avait pas effectué de test d'efficacité avant de laisser le convoi sans surveillance au haut de la pente à Nantes.

On se rappellera la réaction de Jean Demaître quand Richard Labrie l'a informé par téléphone que c'est leur train qui brûlait au centre-ville : «On est dans la marde tabarnac!»

Si la poursuite y perçoit un aveu de responsabilité, la défense croit qu'on peut l'interpréter de plusieurs autres façons.

Me Bourassa a demandé aux membres du jury de faire abstraction des impacts de cette tragédie, dont l'ampleur est difficile à imaginer, et de replacer les choses dans leur contexte. «Votre rôle n'est pas de faire le procès de la Montreal, Maine & Atlantic Railway à travers mon client», a-t-il insisté. «Pas plus que vous devez décider de son sort avec un esprit vindicatif.»

Vendredi matin, Me Guy Poupart s'adressera au jury au nom de Richard Labrie. Ensuite, ce sera au tour de l'avocat de Thomas Harding de faire sa plaidoirie, plaidoirie qui devrait se poursuivre en avant-midi lundi.

Dans la même catégorie