/regional/quebec/quebec

Camp La Relève

Progrès «épatants» pour un enfant autiste de Québec

Sophie Côté | Agence QMI

Simon Clark / Agence QMI

En seulement sept semaines, le camp La Relève de l’œuvre de bienfaisance Adaptavie a permis à un autiste de sept ans de Québec de faire des progrès «époustouflants», ses parents découvrant en lui un sportif et un coéquipier jusque-là insoupçonnés.

«Il est sorti du camp et on ne le reconnaissait quasiment pas !», racontent en chœur les parents de Joaquim, Éric Gaudreault et Karine Breton, également parents de Jade, la jumelle du garçon (qui, elle, est «neurotypique», ce qui signifie qu’elle n’est pas autiste).

«Nous, notre garçon avait vraiment des grands défis moteurs, explique le père. Il n’avait pas beaucoup d’habiletés pour jouer à des jeux. Il avait de la difficulté à lancer une balle, à se balancer, par exemple», relate le couple dont le garçon réussit très bien à l’école, dans une classe adaptée.

Le camp La Relève d’Adaptavie, dédié aux jeunes ayant un trouble du spectre de l’autisme, n’offre que 12 précieuses places chaque été.

Fruit d’une collaboration avec la Ville de Québec depuis sept ans, ce camp situé à Sainte-Foy permet à chaque enfant autiste d’avoir son propre intervenant à ses côtés.

Activités sur mesure

Ces derniers, formés chez Autisme Québec, se rendent à la maison et à l’école de l’enfant auquel ils sont jumelés avant le début de la saison pour offrir un encadrement adapté aux besoins de chacun.

«Quand on connaît un autiste, on en connaît un, parce qu’ils sont tous différents. C’est ça qui est complexe», rappelle Karine Breton, soulignant que les ressources adaptées aux besoins de ces enfants sont peu nombreuses.

Au camp, l’objectif est de s’amuser et de socialiser, tout en développant les habiletés de chacun. «Ils travaillent tout l’aspect moteur, l’activité physique. Chaque semaine, il y avait un sport différent, des grandes sorties», mentionne la mère.

«Et il y avait de l’extra pour que les enfants soient vraiment bien. L’intervenante de Joaquim, Kristina, une finissante à la maîtrise en ergothérapie, faisait des parcours moteurs pour lui avec les planètes - sa passion présentement. Elle y allait avec ses intérêts.»

Des progrès incroyables

En moins de deux mois, Joaquim a ainsi fait des progrès franchement impressionnants, indiquent ses parents. «Il savait maintenant se balancer; tout d’un coup, il bottait le ballon au soccer, il était capable de faire un lancer au basket... et il était bon ! Ç’a été assez incroyable», relate avec fierté le père du garçon.

«On nous a aussi dit qu’il était très persévérant, qu’il encourageait les autres», ajoute Mme Breton, qui soutient que cette expérience lui a «redonné confiance» pour la pratique du sport chez son fils.

«Il est capable, et il va pouvoir faire des activités sportives comme n’importe quel autre enfant», se réjouit la mère de famille.

Adaptavie, c'est...

•Une œuvre de bienfaisance fondée en 1980 à Québec

•Offre des centaines d’activités sportives adaptées chaque semaine, principalement dans les installations de l’IRDPQ, les soirs et les fins de semaine

•1200 personnes avec des limitations physiques bénéficient des services chaque semaine

•Compte plus de 140 employés et 250 bénévoles

•Organise quelques camps, dont le camp d’été La Relève pour les enfants autistes

«On n’est pas un centre communautaire, on n’est pas le système de santé, on n’est pas une clinique médicale; on est au carrefour un peu de tout ça. L’idée, c’est de faire bouger les gens qui ont des limitations [lorsque leur réadaptation est terminée] afin qu’ils ne perdent pas des acquis.» - Mario Légaré, directeur général

Dans la même catégorie