/finance/homepage

Avantages sociaux diminués

Tim Hortons: la chaîne blâme des franchisés «rebelles»

Agence QMI

Michael Peake, Toronto Sun

La chaîne de restauration Tim Hortons a qualifié de «groupe rebelle» les propriétaires de franchises en Ontario qui diminuent les avantages sociaux de leurs employés sous prétexte que le salaire minimum est passé à 14$ l’heure en 2018.

«Soyons parfaitement clairs. Ces actions récentes par une poignée de propriétaires de restaurants, et les déclarations non autorisées faites aux médias par un groupe rebelle prétendant parler au nom de Tim Hortons, ne reflète pas les valeurs de notre marque», a assuré la compagnie dans un communiqué publié vendredi.

Cette sortie survient alors que la colère gronde depuis deux jours contre les enfants des deux cofondateurs de Tim Hortons, Ron Joyce Jr. et Jeri-Lynn Horton-Joyce. Ils ont envoyé en début de semaine une lettre aux employés de leur franchise de la ville de Cobourg, à l’est de Toronto, les informant qu’ils perdraient, entre autres, leurs pauses payées en raison de la hausse du salaire minimum.

Dans la foulée, des employés de nombreuses autres franchises en Ontario sont sortis afin de dénoncer des coupes similaires et une vague de contestation de Tim Hortons a pris forme sur les réseaux sociaux.

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a même accusé jeudi les enfants des fondateurs de Tim Hortons d’intimider leurs employés.

«Les membres de nos équipes ne devraient jamais être utilisés pour promouvoir un agenda ou être traités comme une simple dépense. C’est complètement inacceptable», a indiqué Tim Hortons vendredi, se disant «attristé» de voir son rapport avec les communautés être mis en danger par des propriétaires «insouciants».

La compagnie a reconnu que la transition vers le nouveau salaire minimum serait difficile pour certains de ses franchisés et a affirmé être prête à les aider, sans toutefois préciser comment.

Dans la même catégorie