/regional/estduquebec/gaspesie

Carleton-sur-Mer

Des aînés dénoncent leurs conditions de logement

Katerine Roy | TVA Nouvelles

Des aînés du foyer la Belle Embarquée à Carleton-sur-Mer en ont assez de subir le mauvais entretien de leur résidence, de même que la piètre qualité de la nourriture. Les résidents, qui sont tous âgés de 75 ans et plus, se sont plaints à plusieurs reprises, disent-ils, mais en vain.

À 81 ans, Antonia Lepage, n’en peut plus : «Des linges pas propres, des comptoirs sales. On n’est pas obligé de subir ça». Son époux Gilles Ouellet, 86 ans, qui habite lui aussi la résidence La Belle Embarquée, est fatigué de se battre : «Il y avait des "chops" de porc BBQ et ce n’était pas cuit ça non plus. Ça fait que de la viande pas cuite, ce n’est pas trop bon pour la santé».

Ce n’est pas la première année que le groupe d’aînés exprime son mécontentement. En 2016, une plainte écrite a été envoyée au directeur général, Ambroise Henry. Les gestionnaires de l’immeuble ont alors organisé une réunion avec les résidents. «C’est revenu la même chose que c’était», dénonce Antonia Lepage.

Samedi dernier, lendemain de tempête, les résidents étaient coincés dans leur immeuble : « C’est un résident qui a fini par ouvrir la porte d’entrée. Mais, toutes les autres portes étaient bloquées par la neige et par la glace».

Suite à une plainte, je suis allé vérifier. Les sorties d’urgence de chaque côté sont déneigées. Les personnes qui restent là peuvent déneiger leur petite partie du balcon. Ils se trouvent à avoir deux sorties d’urgence. Il n’y a pas vraiment d’urgence là», explique Pierre Beaulé, directeur Sécurité publique et incendie de Carleton-sur-Mer.

Pourtant, nous avons nous-mêmes fait face à une porte extérieure bloquée par la glace. «Je n’irais pas me casser le cou à mettre des choses dans cette benne-là», affirme Germaine Simoneau, résidente de la Belle Embarquée.

Actuellement, c’est un chemin de glace que doivent emprunter les résidents pour aller porter leurs poubelles au conteneur à déchets. Une allée dangereuse pour Germaine Simoneau âgée de 82 ans : «C’est marqué sur notre bail qu’on n’a pas le droit de mettre des vidanges sur notre balcon. C’est de valeur, mais il va en avoir des vidanges sur mon balcon parce qu’ils vont aller là jusqu’au printemps».

De plus, la neige s’accumule entre les conteneurs à déchet, rendant inaccessible une des portes coulissantes. «Un moment donné, on va laisser ça à terre. Ils s’arrangeront avec. On n’est pas capable», se désole Antonia Lepage.

Rejoint au téléphone, Ambroise Henry a refusé d’émettre des commentaires. Par contre, il admet être conscient de la situation avec le déneigement depuis la tempête de vendredi. Mais, il est surpris des autres plaintes et a bien l’intention de faire un suivi.