/finance/homepage

«Spirale de la mort»

Hydro pourrait se lancer dans les maisons intelligentes

Charles Lecavalier | Agence QMI

Luc Cinq-Mars/24 HEURES MTL/AGEN

Hydro-Québec fait face à une «spirale de la mort» qui pourrait entraîner une explosion des tarifs et une désaffection des Québécois pour l’électricité des grands barrages, de l’aveu même de son PDG.

«Les Américains appellent ça la spiral of death, la spirale de la mort. Si les gens commencent à autoproduire avec du solaire, ils consommeront moins. Mais on a autant de transformateurs, de fils électriques à acheter. Donc, les tarifs vont monter. Ce qui va rendre l’autoproduction encore plus rentable. C’est ça, la spirale meurtrière», dit Éric Martel, PDG d’Hydro-Québec, en entrevue avec «Le Journal de Québec».

Il ne s’agit pas seulement d’une hypothèse: Hydro-Québec (HQ) a en main une étude démontrant que la maison intelligente produisant une partie de son énergie pourrait être rentable au Québec à partir de 2025.

Des propriétaires pourraient produire jusqu’à 15% de leur consommation énergétique. La consommation d’électricité des Québécois plafonne depuis 2007. Elle pourrait maintenant décroître.

M. Martel, en poste depuis juin 2015, reconnaît qu’HQ et les autres entreprises d’énergie «n’ont jamais été challengées» auparavant et que la société d’État fait maintenant face à un «bouleversement majeur».

Des solutions

Le gestionnaire croit toutefois qu’Hydro-Québec a les atouts dans sa manche pour surmonter ce défi. Premièrement, il n’écarte pas de se lancer lui-même dans la business des maisons autoproductrices.

Pourra-t-on un jour appeler HQ pour se faire installer des panneaux solaires et une batterie ? «C’est une idée, absolument. On a déjà bâti des maisons avec tout l’appareillage possible pour avoir un maximum d’efficacité énergétique. On est en train de tester ça», révèle ce dernier.

Si les Québécois consomment moins, Hydro-Québec devra nécessairement se tourner vers une autre clientèle pour écouler sa production et éviter la catastrophe.

Le PDG Martel veut tout faire pour attirer au Québec des entreprises énergivores. Dans sa ligne de mire, les géants du web comme Facebook et Microsoft. Québec vend pour l’instant 450 MWh à des compagnies de serveurs informatiques. Dans quatre ans, l’objectif est de vendre 6 TWh, soit l’équivalent de près d’un million de foyers américains.

HQ a plusieurs arguments de vente: un réseau fiable, une énergie propre, de grands terrains à proposer ainsi que le froid. «Je leur dis: l’hiver, vous n’avez qu’à ouvrir la porte de garage et les fenêtres pour climatiser», lance-t-il en riant. Avec l’arrivée des mineurs de cryptomonnaie, M. Martel estime qu’un autre 5 TWh pourrait s’ajouter.

Nouvelles lignes de transport

Il mise aussi énormément sur de nouvelles lignes de transport vers les États-Unis pour écouler les surplus d’Hydro-Québec. «Ça me prend des lignes de transport pour les emmener vers les marchés. C’est la priorité numéro un d’Hydro-Québec», a-t-il lancé.

M. Martel attend maintenant avec impatience la décision de l’État du Massachusetts, qui la rendra publique le 25 janvier, concernant un appel d’offres de 8,3 TWh qu’Hydro-Québec espère remporter.

Ce qu’il en pense:

Fini l’opacité

«Avant mon arrivée, il y avait des réflexes ici: des gens nous ont demandé nos sondages à propos du service à la clientèle. Je me souviens, l’équipe est venue me voir quelques jours après: ’’Qu’est-ce qu’on fait pour ne pas les publier ?’’ Je leur ai dit: ’’Pourquoi on ne veut pas les publier ? Est-ce qu’on a de quoi à cacher ? Mettez-les sur les sites, je veux une transparence complète.’’

On était tout le temps à la première page du journal, toujours controversé. Il y avait une méfiance qui s’était installée envers Hydro-Québec, comme quoi on ne disait pas toujours tout, qu’on ne disait rien en fait. Maintenant, je leur dis: ’’Allez-y, on n’a rien à cacher et si on s’est trompé, on s’est trompé.’’»

Au sujet de la construction de nouveaux barrages, comme le propose François Legault

«Il y a encore un potentiel énorme : on pourrait doubler notre production hydroélectrique, mais aujourd’hui je ne peux pas, comme PDG d’Hydro-Québec, justifier la construction d’un nouveau barrage.

On vient de faire des déversements à Manic-5 pour la première fois depuis que le barrage existe. On a de l’eau comme on n’en a jamais eu. Il faut être responsable, on aurait pu dire: ’’On va continuer de construire des barrages et on va ouvrir les vannes.’’ Personne ne gagne là-dedans.

Depuis 15 ans, juste en hydroélectricité, on a ajouté 25 TWh [l’équivalent d’une alimentation pour plus de 4 millions de maisons aux États-Unis, selon HQ] et les Québécois ne consomment pas plus qu’avant. La demande est plate depuis 2007. Ma job, c’est de vendre cette production. Si on a construit des centrales et que la seule chose qu’on fait, c’est ouvrir les vannes pour vider l’eau, on ne gagnera rien.»

L’électricité plus chère à l’heure de pointe

«Il y a eu un avis du ministre qui demande à la Régie de l’énergie de regarder ça avec nous. On le regarde.

Avant, on a toujours poussé de l’électricité à nos clients. Dans un milieu où ils commencent à produire, ça devient bidirectionnel. On peut s’échanger de l’énergie.

Ça peut être intéressant: au lieu de construire de la production, moi, je vais leur acheter [de l’électricité] entre 17h et 19h. Et je paierai même plus cher à ce moment-là. Mais, par contre, si vous en consommez à cette heure-là, ça sera plus cher.

Dans toute notre réflexion de transformation énergétique, les tarifs et la réglementation doivent faire partie de ça.»

Dans la même catégorie