/news/world

Attaques sonores à Cuba

Le Canada a rappelé du personnel, selon un représentant américain

Agence QMI

Dans la foulée des attaques acoustiques perpétrées l’année dernière contre les ambassades du Canada et des États-Unis à La Havane, Ottawa a rapatrié au pays des employés de son ambassade, selon un représentant américain.

«Les Canadiens ont rappelé une partie de leur personnel», a affirmé mardi Francisco Palmieri, un assistant du secrétaire d’État Rex Tillerson, contredisant le discours officiel du gouvernement fédéral. Il prenait la parole devant un sous-comité sénatorial sur les affaires étrangères, à Washington, qui tente de faire la lumière sur les événements.

La réponse de M. Palmieri est venue après une question comparant la réponse américaine aux attaques à celle d’autres pays. Les incidents ont mené à l’expulsion par les États-Unis d’une quinzaine de diplomates cubains en octobre et à une réduction de plus de 50 % de sa présence diplomatique à Cuba.

Le Canada a officiellement reconnu en septembre que son personnel avait subi des dommages physiques. Elles auraient touché une dizaine de familles canadiennes, selon l’Associated Press, mais les chiffres officiels ne sont pas connus.

Le fédéral affirmait toutefois ne pas avoir retiré son personnel sur place. Interpellé à ce sujet mardi, le ministère des Affaires étrangères a nié en fin d’après-midi avoir réduit sa présence diplomatique à Cuba, tout en reconnaissant que des gens ont dû rentrer au pays.

Ottawa a refusé de donner davantage de détails mardi. Des représentants d’Affaires mondiales doivent faire le point «sur les incidents des symptômes inhabituels» au cours d’une séance d’information à l’attention des médias mercredi.

Les attaques acoustiques contre l’ambassade des États-Unis ont été révélées au mois d’août. Plus d’une vingtaine de représentants américains ont souffert des attaques sonores, dont la source n’a toujours pas été identifiée.

Après avoir été exposées à des sons stridents à l’intérieur de leurs résidences à La Havane, les personnes affectées ont entre autres subi des problèmes d’audition, des vertiges, des troubles du sommeil et des pertes de mémoire.

Sans accuser le gouvernement cubain d’être derrière les attaques, Washington reproche à La Havane de ne pas avoir assuré la sécurité de sa mission diplomatique. De son côté, le Canada dit collaborer avec Cuba dans cette enquête.