/finance/homepage

De 0,65% à 9,93%

Les États-Unis imposent des droits compensatoires aux papetières

Agence QMI

Le département américain du Commerce a annoncé, tard mardi soir, l'imposition de droits compensatoires aux papetières canadiennes pour les produits de papier non couché, qui entrent notamment dans la composition du papier journal.

Depuis des mois, les autorités américaines enquêtaient sur une plainte de l'entreprise North Pacific Paper Company (NORPAC), qui alléguait que les producteurs canadiens, à l'aide de subventions des gouvernements, écoulaient leurs produits à des prix trop faibles.

La majorité des producteurs canadiens se sont vu imposer des droits compensatoires préliminaires de 6,53 %, mais certaines entreprises ont eu droit à un taux personnalisé. C'est notamment le cas de Produits forestiers Résolu (4,42 %), de Kruger Trois-Rivières (9,93 %), de Catalyst Paper Corporation (6,09 %) et de White Birch (0,65 %).

Dans un communiqué, le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec, l'ancien député conservateur Denis Lebel, a dénoncé cette décision.

«Encore une fois, les États-Unis imposent des sanctions commerciales absolument non fondées à nos entreprises. Ce ne sont pas nos pratiques commerciales, mais plutôt la baisse de la demande et l'érosion du marché du papier journal qui sont à l'origine de la perte de rentabilité des usines américaines», a dénoncé M. Lebel.

Les droits compensatoires imposés mardi s'ajoutent à la surtaxe qui est déjà exigée sur le bois d'œuvre et sur le papier surcalandré, qui est notamment utilisé pour la production de circulaires et de catalogues.

En 2016, les États-Unis ont importé pour environ 1,27 milliard $ US en papier non couché, a précisé le département du Commerce.

4,42 % pour Produits forestiers Résolu

La papetière Produits forestiers Résolu, visée par une surtaxe de 4,42 %, s'est dite «déçue» par la décision annoncée mardi soir.

En entrevue avec l'Agence QMI, le porte-parole de l'entreprise, Karl Blackburn, a rappelé qu'une coalition d'imprimeurs et d'acteurs du secteur des médias représentant 600 000 employés avait demandé au département du Commerce de ne pas tenir compte de la plainte de NORPAC.

Selon lui, la décision des autorités américaines aura pour effet de faire grimper les prix du papier journal aux États-Unis, au détriment des propriétaires de journaux, déjà affligés par les changements qui s'opèrent dans l'industrie médiatique.

«On va continuer à faire valoir nos droits», a poursuivi M. Blackburn, qui espère que le département publiera dans les prochains jours la méthode de calcul qu'il a utilisée pour déterminer les droits compensatoires infligés à l'entreprise.

«Pour le moment, il n'y a pas de fermeture d'usine de prévue ou quoi que ce soit comme ça», a précisé M. Blackburn.

Dans la même catégorie