/regional/troisrivieres/mauricie

Bécancour

Les travailleurs d'ABI votent sur l’offre dite finale

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

L'heure de vérité approche à l'Aluminerie de Bécancour (ABI). Les 1030 employés syndiqués sont appelés à voter sur l'offre dite finale, présentée par Alcoa avant Noël.

Le syndicat des Métallos ne fait aucune recommandation d'acceptation ou de rejet à ses membres.

Le résultat du vote doit être annoncé mercredi en après-midi.

Des élus de la région retiennent leur souffle craignant qu'un rejet des offres ne compromette l'avenir de l'aluminerie.

«Arrêtez de penser à demain, a commenté le maire de Bécancour Jean-Guy Dubois. Là pensons aussi aux années à venir parce que malgré tout ce qu'on peut dire, si l'usine ferme dans les prochaines années on aura perdu notre temps toute la gang au complet et nous on sera dans un méchant marasme.»

L'aluminerie représente 20% des revenus de taxe de la Ville.

Le député caquiste Donald Martel appelle les syndiqués à accepter l'offre. «J'aimerais ça que les employés approuvent l'offre et qu'ils envoient le message à la compagnie de dire: nous on est intéressés à avoir un bon climat de travail et nous souhaitons que la compagnie investisse».

En contrepartie d'une acceptation, Alcoa n'a voulu prendre aucun engagement quant à un éventuel investissement permettant de garantir la pérennité de son usine entrée en production en 1986.

On ignore si le rejet des offres signifierait sur le champ le déclenchement d'un arrêt de travail, grève ou lock-out.

Le syndicat des Métallos a procédé quelques heures avant le vote, au déneigement des accès de ses quatre roulottes déjà disposées tout autour de l'aluminerie depuis quelques semaines.

Dans la même catégorie