/news/law

Trois ans de pénitencier

Fraudé par un ami qu’il connaissait depuis 18 ans

TVA Nouvelles 

Avant d’entendre sa sentence de trois ans de pénitencier pour fraude, Steeve Duchesne a voulu présenter ses excuses devant le juge mardi. Avant qu’il n’ouvre la bouche, ses victimes, d’anciens collègues et amis, se sont levées en bloc et ont quitté la salle.

Christian Vallières est le représentant de ce groupe de personnes qui ont travaillé avec Steeve Duchesne à l’usine Cascades-Fjordcell de Jonquière avant sa fermeture. Il se rappelle que certains se trouvaient dans une situation financière précaire à l'époque. Duchesne, un courtier en placement financier, a pu acquérir des indemnités de licenciement en faisant miroiter de meilleurs rendements.

«Il nous isolait et nous présentait une offre qu’il ne faisait à personne d’autre. Il nous faisait investir dans son cabinet qu’il voulait ouvrir. Il voulait partir à son compte», s’est souvenu M. Vallières au 9 heures.

Après trois années de mensonges, M. Vallières a réalisé qu’il avait été floué par un ami qu’il connaissait depuis 18 ans. Il voulait obtenir des preuves. Le montant de 560 000 $ remis par les 14 victimes n’avait pas été investi. Duchesne a plutôt fait la grosse vie en fréquentant de grands restaurants, le casino et des bars de danseuses. Il a aussi rénové sa résidence.

Invité dans la maison de Christian Vallières, Steeve Duchesne a alors avoué devant son ami et sa conjointe qu’il avait tout dépensé et qu’il n’avait plus rien.

Des conséquences à long terme

Devant la Cour, M. Vallières a souligné que les victimes subiraient la pire sentence.

«C’est incroyable toutes les conséquences qui peuvent survenir à la suite d’une fraude, a dit M. Vallières. Les gens ne veulent pas étaler publiquement les états d’âme qu’ils vivent. On parle ici de pensées suicidaires. Dans un cas, des armes à feu ont dû être saisies. Il y a eu ventes de maisons, d’autos, de chalets.»

Dans la même catégorie