/finance/homepage

Aluminerie

Les travailleurs d'ABI rejettent les offres de l’employeur

Agence QMI et Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Les travailleurs syndiqués de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) ont voté à 80,3% contre les dernières offres de l’employeur.

L’offre finale et globale de la partie patronale avait été déposée à la fin du mois de décembre et les 1030 travailleurs syndiqués d’ABI votaient lundi et mardi.

Peu après le dévoilement des résultats, mercredi, le président du syndicat a dit être convaincu de la possibilité d’une entente négociée.

«L’employeur a tenté un coup de force en mettant fin abruptement aux négociations avec le dépôt d’une offre finale. Cela n’a pas fonctionné, a affirmé Clément Masse. Nos membres sont solidaires et déterminés. Nous demeurons convaincus qu’une reprise des négociations, à ce stade, peut permettre d’en arriver à une entente négociée.»

De son côté, ABI a dit recevoir «avec déception le rejet de son offre». L'entreprise n'a pas précisé si elle compte déclencher un lockout.

Le régime de retraite est l'un des enjeux de la négociation. L’entreprise souhaiterait instaurer un régime différent pour les travailleurs nouvellement embauchés, ce à quoi s'oppose vivement le syndicat, qui ne souhaite pas créer un système d’avantages sociaux à deux vitesses.

«C’est un changement important que de passer d’un régime à prestations déterminées où l’employeur assume les risques à un régime RRFS où le risque est assumé par le travailleur, a ajouté M. Masse. Les membres ne sont pas convaincus que l’employeur investit suffisamment dans le régime pour que le jeu en vaille la chandelle.»

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, espère que les partis renoueront le dialogue. «C'est évident qu'on va avoir des discussions ici à notre niveau local et qu'on travaille pour garder [l'aluminerie] ouverte. C'est le seul but et je vais tout faire pour la garder ouverte», a-t-il assuré.

Dans la même catégorie