/finance/homepage

Malgré ses pertes de parts de marché

Le Port de Québec croit en son projet de conteneurs

Pierre-Paul Biron | Agence QMI

Photo Jean-François Desgagnés

La direction du Port de Québec n’en démord pas: malgré les critiques, c’est par un terminal de conteneurs en eau profonde que passe le salut de l’organisme, qui a perdu des parts de marchés aux mains d’autres ports au cours des dernières années selon son président.

Mario Girard s’est dit bien au fait des critiques qu’a soulevé l’annonce de la mutation du projet Beauport 2020 vers un projet 100 % conteneurs. Le président-directeur général du port ne s’en formalise toutefois pas, expliquant ces reproches par la peur du changement.

«Quand on veut changer l’ordre établi, c’est normal qu’il y ait une forme de résistance, de scepticisme et de préoccupation. Mais ça va nous faire plaisir d’aller faire un tour parmi ces gens-là pour présenter l’ensemble de nos études. On a fait nos devoirs et on a un plan d’affaires solides appuyé par deux années d’études et des experts internationaux», a assuré Mario Girard, jeudi matin, lors de son point de presse bilan de l’année 2017.

Le PDG a précisé qu’il partirait bientôt pour une tournée de démarchage à l’international pour vendre le projet Beauport 2020 et sonder l’intérêt. Il se dit confiant d’attirer des navires de moins de 10 000 conteneurs à Québec, des navires qui transitent actuellement par les ports de New York et de Virginie, compétiteurs directs de Québec

«Le 15 mètres d’eau permet d’aller chercher des bateaux de 15 000 conteneurs, mais on ne parlera jamais de bateaux de 15 000 conteneurs à Québec parce qu’on n’a pas le marché de distribution suffisant pour ça. Mais des bateaux de 6, 7, 8, 9000 conteneurs, ça on a la capacité», estime M. Girard.

Bilan 2017

Appelé à dresser son bilan de la dernière année, le PDG du Port de Québec a indiqué que 2017 avait été une année remarquable, tant au niveau commercial que touristique. Les activités de transbordement ont notamment augmenté de 11 %, avec un total de 27,5 millions de tonnes de marchandise manutentionnée.

Le volet croisière n’a pas été en reste non plus, avec l’atteinte pour la première fois de l’histoire du nombre de 200 000 visiteurs. 34 navires différents ont fait arrêt dans la Vieille-Capitale, pour un total de 132 escales.

Dans la même catégorie