/regional/quebec/quebec

Dette de la municipalité

Les taxes n’ont pas fini de monter à Saint-Augustin

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

Les nouveaux élus de Saint-Augustin imposeront une « taxe Corriveau » aux citoyens pour s’attaquer à la dette monstrueuse de leur ville, héritée de l’ancienne administration. En 2018, cela se traduit par une hausse des impôts fonciers de 4,4 %.

Durement éprouvés par une augmentation brutale de 25 % en 2015, les Augustinois n’ont pas fini de casquer. Dans les prochaines années, de nouvelles hausses annuelles de 3,65 % – nettement supérieures à l’inflation – leur pendent au bout du nez si on se fie aux projections de la nouvelle administration Juneau, qui a dévoilé, mercredi soir, le budget 2018 et ses prévisions sur cinq ans.

La facture de taxes résidentielles – qui est la plus élevée de l’agglomération et de la région – atteindra 4 171 $ (+ 176 $) cette année pour une maison moyenne de 359 528 $. D’autres augmentations totalisant 818 $ sont planifiées d’ici 2023, pour une facture salée de 4 989 $.

« On est dans la grosse marde », a laissé tomber le maire Sylvain Juneau lors d’une rencontre avec les journalistes. Aussi crue soit-elle, l’expression a eu le mérite de résumer sans détour la situation financière de la municipalité dont la dette a explosé dans les dernières années. Évaluée à 104 M$ à la fin de 2017, la dette représente environ 300 % du budget de fonctionnement (proximité) de la municipalité, alors qu’elle devrait atteindre, idéalement, un ratio de 100 % selon le maire Juneau.

La gestion « pourrie » de l’ère Corriveau

« On pourrait décider de pelleter par en avant [mais] à un moment donné, il faut s’en sortir. Ça m’écœure [...] Il n’y en a pas de miracle. C’est phénoménal à quel point on est dans la dèche », a déclaré le maire qui a pourfendu la gestion « laxiste et pourrie » de l’ex-maire Corriveau et de son équipe.

D’où la taxe spéciale qu’il a lui-même baptisée « taxe Corriveau » et qui atteindra 1,5 % à compter de 2019. Elle sera limitée à 0,75 % cette année afin d’atténuer le choc. Les taxes commerciales, quant à elles, ont été limitées à 2,89 % par souci d’équité puisque les commerçants et industriels n’avaient pas eu droit au même rabais de 1,5 % que les propriétaires de maisons et de condos, l’an dernier.

La hausse de plus de 2 M$ de la quote-part versée à la Ville de Québec, en raison de l’indexation « biaisée » du rôle d’évaluation, est également responsable en partie des malheurs de Saint-Augustin, victime de sa richesse foncière.

Hausse de 2,89 % des taxes commerciales

À noter que la hausse sera limitée à 2,89 % en 2018 pour les secteurs commercial et industriel qui n’avaient pas bénéficié de la réduction de 1,5 % en 2017 accordée exclusivement aux propriétaires de condos et de maisons. La Ville prévoit également une diminution des sommes à recevoir pour la vente de terrains dans le parc industriel.

Faits saillants du budget 2018 

Hausse de 4,39 % des taxes résidentielles en 2018

Hausse de 2,89 % pour les taxes commerciales et industrielles en 2018

Le budget atteindra 61,6 M$ (+ 2,7 %)

La quote-part d’agglomération passe de 24,5 M$ à 26,7 M$ ( + 8,9 %)

La quote-part versée à la Ville de Québec pour les services d’agglomération (police, pompier, eau potable, transport en commun, etc.) représente 45,5% du budget total de la municipalité

La dette de 104,2 M $ devrait baisser à 101,2 M$ en 2018. L’administration Juneau espère la faire baisser à 84,6 M$ d’ici 2023

Évolution des taxes à Saint-Augustin

2011 : + 1,5 %

2012 : + 7,5 %

2013 : + 4 %

2014 : + 3,5 %

2015 : + 25 %

2016 : + 4,9 %

2017 : + 2,2 % (le taux a été ramené à 0,7 % par la suite)

2018 : + 4,4 %

Dans la même catégorie