/news/culture

Design

Des vêtements fabriqués à partir d’objets du Dollarama

Nadia Lemieux | Agence QMI

 - Agence QMI

Un imperméable fabriqué à partir de ballons de plage et des pantalons faits de parapluie: voilà le genre de morceaux qui constituent la ligne de vêtement d’un designer montréalais, conçue à partir d’objets trouvés au Dollarama.

Pour la plupart des gens qui font leurs emplettes au magasin à un dollar, chiffons à vaisselle et sacs à déchets robustes n’ont pas d’autre utilité que ce pour quoi ils ont été conçus. Colin Meredith, un designer de mode originaire de la Colombie-Britannique, y voit plutôt des matériaux attrayants pour en faire des vêtements originaux.

«On y trouve plein de textiles curieux qui peuvent être combinés ou défaits pour en faire quelque chose d’autre», a expliqué celui qui a lancé sa ligne de vêtements Dollar Wear en décembre 2016. «Et c’est très très cheap. Un rideau de douche, ça coûte 1 $ et il y a assez de tissu pour t’en faire un manteau, donc ça fait un manteau à 1 $», a-t-il ajouté.

En octobre, il a ajouté un dernier item à sa collection: une veste de motocross faite à partir de ruban adhésif ou «duct tape», son morceau favori, confie-t-il.

Faire des liens

Ce n’est pas la première fois que le designer expérimente avec des matériaux hors norme. Il a créé il y a quelques années un manteau à partir des sacs bleus de chez IKEA, ce qui lui a donné la piqûre pour le concept.

Mais, selon lui, aucun magasin ne se prête mieux au jeu que Dollarama, puisque tout le monde peut «faire des liens» avec le morceau de vêtement et des objets qu’ils connaissent déjà. «C’est beaucoup plus intéressant pour les gens de se dire: ‘’oh my god’’, je nettoie ma vaisselle avec ça et maintenant c’est un manteau!»

Défis

M. Meredith admet que le coton est beaucoup plus simple à travailler, mais il éprouve beaucoup de plaisir à expérimenter avec ces matériaux non usuels. Chaque morceau, mentionne-t-il, présente son lot de défis.

«Pour le manteau en ballons de plage, c’était définitivement difficile parce qu’il fallait désassembler les ballons et essayer d’en faire un textile plat, à partir duquel je pouvais le couper et l’assembler comme n’importe quel autre manteau.»

Son morceau le plus complexe? Un manteau d’hiver fait à partir de sacs à déchets robustes. Il a mis une douzaine d’heures à coudre cette pièce, isolée avec de la bourrure d’oursons en peluche.

M. Meredith précise que les vêtements de sa collection Dollar Wear sont conçus pour être des pièces d’art, et non pour être portés. Il les a notamment exposés à la Place des Festivals en août 2017.

Il travaille présentement plus activement sur sa ligne de vêtements Hobby, des vêtements «portables». En mai dernier, il s’est fait commander huit morceaux faits sur mesure par nul autre que le rappeur canadien Drake.