/news/law

Possession de pornographie juvénile

Le comédien Paul Cagelet plaide coupable

Michaël Nguyen | Agence QMI

L’acteur québécois Paul Cagelet a plaidé coupable ce vendredi d’avoir téléchargé des dizaines de milliers d’images de pornographie juvénile, incluant des bébés et des mises en scène sadomasochistes.

«Oui», a sobrement déclaré l’acteur de petite taille, lorsque la juge Julie Riendeau lui a demandé s’il reconnaissait bien les faits, ce vendredi au palais de justice de Montréal.

Cagelet, bien connu pour ses rôles dans le film «Matusalem» et la série «Cormoran», avait téléchargé toutes ces images, ainsi que des vidéos, sur un site de partage similaire à YouTube, selon ce qu’ont expliqué les avocats au tribunal.

Mais le comédien de 52 ans avait été repéré par un organisme américain qui se bat contre l’exploitation des enfants. Il avait été retracé, et ses coordonnées numériques avaient été transmises aux autorités américaines. Voyant que le suspect se trouvait au Canada, le dossier a été envoyé à la Gendarmerie Royale du Canada, puis à la police de Montréal.

«L’analyse du matériel informatique a permis de découvrir qu’il possédait beaucoup de photos, montrant des enfants, des petits bébés, jusqu’à des adolescents», a expliqué la procureure à la Couronne Anne Gauvin.

Au total, les policiers ont trouvé 38 104 photos, bien que plus de la moitié étaient des doublons. Ils ont aussi trouvé 290 vidéos avec 34 doublons. Un bon nombre des images et vidéos montraient des enfants de six à 12 ans dans des activités sexuelles, seuls ou avec des adultes.

«Ébranlé»

De retour à la cour vendredi, il a finalement décidé de couper court au processus judiciaire en plaidant coupable de possession de pornographie juvénile, et d’avoir accédé à ce matériel illicite. L’accusation de distribution de pornographie juvénile a été retirée.

«Toute cette affaire l’a ébranlé, il regrette amèrement ses gestes», a déclaré son avocat Michael Morena.

Depuis son arrestation, Cagelet a suivi une thérapie. Mais il n’échappera pas à la prison, puisque la peine minimale pour les accusations et d’une année d’incarcération.

«M. Cagelet a tout perdu, sa carrière, ses amis, a expliqué Me Morena qui envisage de demander la peine minimale. Mais sa sentence va continuer bien après.»

Cagelet reviendra devant le tribunal au mois de mars, pour les plaidoiries sur la peine à lui imposer. D’ici là, il devra rencontrer des experts qui dresseront son portrait, afin d’aider le tribunal à lui imposer une peine appropriée.

Dans la même catégorie