/news/world

«Pays de merde» selon Trump

Le présentateur-vedette de CNN étranglé par l’émotion en parlant d’Haïti

TVA Nouvelles d'après CNN

Anderson Cooper, le présentateur-vedette de CNN, l’un des premiers journalistes à s’être rendu en Haïti à la suite du terrible séisme qui a tué plus de 200 000 personnes, s’est porté à la défense du pays dans le cadre de son émission, jeudi soir.

À LIRE ÉGALEMENT:

Trump conteste avoir parlé de «pays de merde»

Trump s'emporte et parle des immigrants provenant de «pays de merde» 

L'ONU juge «racistes» les propos injurieux de Trump sur Haïti et l'Afrique

Il réagissait ainsi aux commentaires de Donald Trump qui a qualifié la «Perle des Antilles» de «pays de merde», à l’instar des pays africains.

«Le peuple haïtien est passé au travers de bien plus d’épreuves, bien plus d’injustices que notre président n’ait jamais connues», a appuyé Cooper dans une longue tirade.

Il a souligné sur sa longue amitié avec le pays, en ajoutant que son enseignant de mathématiques au secondaire était Haïtien, et a été assassiné de retour dans son pays natal, alors qu’il s’est présenté à la présidence.

Anderson ajoute qu’il a souvent visité Haïti, tant pour le travail que pour les vacances.

«J’ai été pour la première fois dans ce pays au début des années 1990 en tant que jeune reporter. Comme pour n’importe quel pays, on peut y rencontrer toutes sortes de personnes, riches ou pauvres, éduquées ou pas, bonnes ou mauvaises», poursuit Cooper.

«Je n’ai jamais rencontré un Haïtien faible. Tu dois être fort pour survivre dans un endroit où le gouvernement a laissé tomber le peuple, où il y a peu d’opportunités et où mère Nature punit les gens plus qui quiconque».

Étranglé par l’émotion

Il a également souligné ce qu’il a vu lors de l’après-séisme, en 2010.

«Pendant des jours et des nuits, sans aucune aide de leur gouvernement ou de la police, les gens d’Haïti ont creusé dans les gravats avec leurs mains nues couvertes de sang pour sauver la vie d’étrangers – guidés seulement par les cris des blessés et des mourants».

Il est devenu émotif, alors qu’il continuait de partager ce qu’il avait vu sur le terrain.

«J’étais là lorsqu’un garçon de 5 ans, Monley, a été secouru après avoir été enterré par les décombres pendant plus de 7 jours. Avez-vous une idée de la force qu’il lui a fallu pour survivre sous la pluie, le béton? »

L’animateur a conclu son hommage en soulignant que la Maison-Blanche peut apprendre de la dignité des Haïtiens.

Vendredi marque le 8e et triste anniversaire du séisme de magnitude 7 en Haïti qui a fait plus de 200 000 victimes, et des centaines de milliers de déplacés.

 

Dans la même catégorie