/regional/saguenay

Santé

Manque d'infirmières à Saguenay: adoption de mesures exceptionnelles

Valérie Fortin

 - TVA Nouvelles

Le manque criant d'infirmières à l'Hôpital de Chicoutimi, à Saguenay, force les autorités de la santé à adopter des mesures exceptionnelles.

Ainsi, les infirmières enceintes en retrait préventif ont été rappelées au travail. Une dizaine d'entre elles sont forcées de revenir au boulot. Elles seront placées sur des affectations en fonction de leur condition.

Des infirmières à la retraite ont aussi été appelées pour prêter main-forte aux employés réguliers.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux a conclu une entente avec l’Université du Québec à Chicoutimi pour permettre aux étudiantes infirmières, qui sont aussi employées de l’hôpital, de s’absenter de leurs cours pour la période du 16 au 24 janvier.

Exceptionnellement, certains cours de la formation seront filmés. Les étudiantes dégagées pour le travail pourront ainsi les visionner.

Malgré tout, en fin d'après-midi vendredi, les autorités prévoyaient toujours que 46 quarts de travail allaient devoir être effectués en temps supplémentaire obligatoire au cours de la fin de semaine à l'Hôpital de Chicoutimi.

Cela signifie que plusieurs infirmières seront obligées de travailler pendant 16 heures consécutives.

«On fait notre travail du mieux qu'on peut, mais on est humains, on est fatigués, et il y a des erreurs qui se glissent», a dit une infirmière du réseau de la santé.

«Ça va finir où? Là, c'est une étape, une crise qu'on a à passer encore une fois. Elle va se terminer quand la crise? Et quand elle va revenir? Va-t-il y avoir des mesures prises pour éviter que ce genre de chose-là ne se reproduise», a demandé la présidente du syndicat des infirmières, Julie Bouchard.

En fin d'après-midi vendredi, le taux d'occupation à l'urgence se situait autour de 100 %. Quarante lits de débordement étaient ouverts pour accueillir le surplus de patients.

À Roberval et Dolbeau-Mistassini

Le constat est aussi préoccupant dans le haut du Lac-Saint-Jean. À l'Hôpital de Roberval, 10 quarts de travail sont prévus en temps supplémentaire obligatoire pour la fin de semaine et cinq du côté de l'Hôpital de Dolbeau-Mistassini.

Dans la même catégorie