/news/law

Québec

Une infirmière dépense sur les cartes de crédit d’une collègue

Pierre-Paul Biron

 - Agence QMI

Une infirmière auxiliaire de Québec s’expose à une radiation temporaire de son ordre professionnel après s’être reconnue coupable d’avoir dépensé une centaine de dollars sur les cartes de crédit d’une collègue.

Les faits reprochés à Isabelle Blanchard, 32 ans, remontent au 11 janvier 2017. En quittant son travail au Centre d’hébergement Saint-Brigid’s Home ce jour-là, l’intimée a retrouvé dans le stationnement un portefeuille appartenant à une collègue.

«Agissant en toute connaissance de cause» selon la procureure de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ), Mme Blanchard a choisi de conserver le portefeuille plutôt que de le remettre à sa propriétaire.

La femme s’est ensuite dirigée dans trois différents commerces, soit une station-service, un restaurant Ashton et une boutique Ardene, pour y faire des achats avec les cartes de crédit de la victime. Elle a dépensé pour environ 100 dollars avant de détruire le portefeuille et son contenu.

«Elle s’est débarrassée volontairement du portefeuille par la fenêtre de son véhicule sur le pont Pierre-Laporte au lieu, par exemple, de le poster pour le retourner à sa collègue. Cette dernière a dû composer avec le casse-tête du remplacement des cartes et la perte des biens qui se trouvaient dans le portefeuille», a exposé l’avocate du syndic de l’OIIAQ, Me Anne-Marie Jutras.

Conséquences nombreuses

Ce vol de 100 dollars aura eu de nombreuses conséquences pour l’accusée. Elle a tout d’abord été congédiée par le CIUSSS de la Capitale-Nationale en avril 2017, après sept ans de service. Elle a également été reconnue coupable criminellement de possession ou utilisation de carte de crédit volée, un délit pour lequel elle a été condamnée à une amende totale de 2100 dollars, en plus d’une période de probation de 18 mois.

Comparaissant vendredi devant le conseil de discipline de son ordre professionnel, Mme Blanchard a plaidé coupable aux trois plaintes déposées contre elle, soit appropriation, utilisation et destruction d’un bien appartenant à autrui.

Les deux parties ont proposé en suggestion commune une radiation temporaire d’un total de cinq mois. Les membres du conseil ont pris le dossier en délibéré et devraient rendre leur décision d’ici 90 jours.

Dans la même catégorie