/news/culture

Gérard Depardieu et de Catherine Deneuve

Déception pour la comédie «Bonne pomme»

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Lorsqu’on voit les noms de Gérard Depardieu et de Catherine Deneuve au générique d’un film, on s’attend à une certaine qualité. Nos espoirs sont malheureusement et très rapidement déçus.

Gérard (Gérard Depardieu) est ce que les Français appellent une bonne pomme, une personne trop gentille, qui finit tout le temps par se faire avoir. Il décide de quitter le garage familial de son ex-belle-famille afin de s’acheter son propre établissement dans le petit village de Levergeon.

Là, il entre en contact avec Rico (Gregoire Ludig), le propriétaire du garage qui l’intéresse et se retrouve à l’auberge située juste en face, tenue par une certaine Barbara (Catherine Deneuve). La patronne en question est, au choix et en fonction des jours ainsi que du nombre de verres d’alcool ingurgités, fantasque, désagréable, je-m'en-foutiste et menteuse. Rien n’est simple avec Barbara, de la préparation hasardeuse des repas à ses clients à ses finances, comme Gérard ne tarde pas à s’en apercevoir. Pourtant, bonne pomme comme il est, il se retrouve rapidement à devoir pallier aux manques de sa logeuse.

Oui, «Bonne pomme» est censé être une comédie. Mais les rires sont rares, pour ne pas dire inexistants, malgré toutes les tentatives de la scénariste et réalisatrice Florence Quentin (scénariste de «La vie est un long fleuve tranquille»). Elle a même pensé à inclure quelques sous-intrigues inutiles – un maire (Guillaume de Tonquedec) qui dispense des cours d’anglais ou l’ex-belle-mère (Chantal Ladesou) de Gérard qui se cherche une maison de retraite – et un passé aux personnages, mais ceux-ci ne lèvent pas plus que l’intrigue principale.

Pour cette 10e collaboration entre Gérard Depardieu et Catherine Deneuve – leur première, l’excellent «Dernier métro» de François Truffaut est inoubliable -, on est donc extrêmement dépité. Aucune des situations présentées n’est drôle, le duo principal étant constamment à la limite du pathétique. Et c’est d’autant plus dommage que la chimie entre ces deux monstres sacrés du cinéma français opère encore et qu’on sent tout le plaisir qu’ils continuent d’avoir de jouer ensemble.

Note : 2 sur 5

Dans la même catégorie