/regional/quebec/quebec

Initiative refusée par le gouvernement

Journée contre l’islamophobie: une fausse bonne idée, selon Labeaume

Jean-Luc Lavallée

 - Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/AGENCE QMI

Régis Labeaume se range derrière les trois partis politiques provinciaux qui refusent d’utiliser le triste anniversaire de la tuerie de la mosquée pour en faire une journée nationale contre l’islamophobie.

L’heure sera à la commémoration le 29 janvier et non aux débats politiques, a insisté le maire de Québec lors de son premier point de presse de l’année, lundi après-midi. Préparé à faire face aux questions des journalistes sur la demande du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), Régis Labeaume a affirmé qu’il s’agissait d’une fausse bonne idée, dénonçant la «récupération et l’instrumentalisation des extrémistes et des groupes politico-religieux».

«C’est une erreur de faire cette demande-là. Il était évident qu’une telle proposition allait provoquer un débat politique où s’abreuvent allègrement les politiciens et les quasi politiques. Il était aussi évident que ce débat-là occulterait notre devoir de mémoire envers les victimes de la tuerie de la mosquée et c’est exactement ce qui se produit», a-t-il déploré.

«Tout ce que je vous dis là, je leur ai dit, ils ont été surpris. Pour moi, c’est une erreur et je leur ai dit que j’allais le dire publiquement et je le pense toujours [...] Il y a une journée nationale le 15 janvier pour le vivre-ensemble et je pense que c’est sur cette journée-là qu’on devrait tabler. Ça veut tout dire, ça concerne tout le monde, puis selon moi, c’est la bonne solution», a-t-il exprimé.

Cela dit, le maire de Québec a affirmé que l’islamophobie existe bel et bien au Québec, même si, selon lui, la majorité des Québécois et Canadiens sont «généreux, tolérants et accueillants».

«Bien sûr que cela existe. Le problème de nos concitoyens et concitoyennes de confession musulmane, c’est qu’ils sont victimes des amalgames créés par les cruautés perpétrées par Daech et Al-Qaïda. Cela est profondément injuste, mais tout ça existe et a créé un sentiment ou l’environnement islamophobe qu’on connaît actuellement auprès de certains groupes de la société.»

«Je propose à toute la population de Québec et d’ailleurs de revivre les émotions qui nous ont réunies le 29 janvier dernier et dans les jours suivants et de redire aux familles et aux amis qui ont perdu un proche que nous les aimons et que nous avons résolument le goût de vivre ensemble dans la paix et l’harmonie», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie