/finance/homepage

Mashteuiatsh

Ouverture prochaine d’un laboratoire de recherche sur la biocharbon

Isabelle Tremblay | TVA Nouvelles

Le gouvernement du Québec a annoncé une enveloppe de 1,3 million $, lundi, pour la construction d'un centre de recherche sur la biomasse forestière à Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean.

Le futur centre de recherche et de transfert technologique Agrinova-BioChar Borealis vise la production de biocharbon et de produits dérivés à haute valeur ajoutée.

«[Le biocharbon] sera surtout utilisé pour l’agriculture et, potentiellement, pour l’énergie. Il y a plusieurs utilisations possibles», a expliqué le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

La communauté innue de Mashteuiatsh voit grand pour cette vitrine technologique qui sera installée dans le parc industriel. «Pour la filière de la biomasse, la bioéconomie et l’énergie verte, on veut jouer un rôle de leadership important», a précisé le chef du Conseil de bande de Mashteuiatsh, Clifford Moar.

Le projet permettra le développement d’une nouvelle filière de transformation ainsi que la création d’une chaîne de valeur et d’innovation à partir de produits sous-forestiers.

«Au moment où l’on vit toutes sortes de défis internationaux avec notre industrie forestière, d’avoir de nouveaux produits et de nouveaux marchés, ça devient de plus en plus important», a insisté le premier ministre.

«Avec le déclin du papier journal, il faut imaginer et être de plus en plus efficace avec nos ressources forestières», a ajouté le ministre responsable des affaires autochtones, Geoffrey Kelley.

Le laboratoire ouvrira ce printemps. Selon le premier ministre, il pourrait faire émerger de nouveaux projets.

«Le but, c’est d’avoir une usine qui produirait du biocharbon ici. Maintenant, il faut tester le procédé, s'assurer que ça marche, que l’on est capable d’extraire de la matière première commercialement valable et, par la suite, on ira plus loin», a commenté Philippe Couillard.

«Il y a beaucoup d’espoir lié à cette filière. Déjà, des projets de recherche sont déposés en ce moment», a affirmé le directeur général d’Agrinova, Patrick Girard.

Le montant de 1,3 million $ s'ajoute à un précédent investissement de Québec de 1,26 million $ en avril dernier pour l'achat d'équipement spécialisé. Au total, le centre doit coûter environ 8 millions $.

Sa concrétisation est le fruit d’une recommandation du groupe de travail sur les Premières Nations mis sur pied à la suite du Sommet économique régional de 2015.