/regional/estduquebec/cotenord

Sept-Îles

Le redémarrage de la mine du lac Bloom redonne confiance à la région

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

Le milieu économique de Sept-Îles respire un peu mieux depuis la confirmation en décembre de la relance de la mine de fer du lac Bloom, près de Fermont. C’est dans ce contexte que de nombreux gens d’affaires sont venus entendre le patron de la compagnie minière lors d’un dîner de la Chambre de commerce de Sept-Îles, mercredi.

Le directeur des opérations de Mine de fer Québec, David Cataford, a exposé les grandes lignes du projet minier. La mine du lac Bloom redémarrera en mars et un premier chargement de navire aura lieu en avril à Sept-Îles.

À sa pleine opération, la mine fera travailler 450 personnes. Actuellement, Mine de fer Québec compte 350 travailleurs, dont 55 sont des Nord-Côtiers.

À un coût de production prévu de 50 $ la tonne, les dirigeants pensent pouvoir faire face à une fluctuation du prix du minerai de fer qui pourrait diminuer en 2018, selon certains analystes.

«Ce qui était important pour nous, c’était de s’assurer qu’on était capables de livrer un fer de qualité au même coût que nos compétiteurs», a indiqué M. Cataford en entrevue avec TVA Nouvelles.

«Une fois qu’on est capables de faire ça, le prix, s’il fluctue, ça nous inquiète un peu moins, a-t-il poursuivi. C’est sûr qu’il faut toujours rester très responsables. Chaque dollar qu’on dépense doit être dépensé intelligemment.»

Le redémarrage de cette mine de fer a un effet positif bien réel sur l’humeur des gens d’affaires de Sept-Îles, même si l’économie ne s’est pas encore relevée des difficultés des années passées.

Mine de fer Québec est un partenariat entre Champion Iron et le gouvernement du Québec, via Ressources Québec, qui possède près de 37% de la compagnie.