/regional/saguenay

Phénix

Phénix, «un fiasco» qui coûte cher aux fonctionnaires fédéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Isabelle Tremblay | TVA Nouvelles

Près de 1000 fonctionnaires fédéraux du Saguenay-Lac-Saint-Jean seraient victimes, depuis des mois, des ratés de système de paie Phénix.

Après deux ans, ce système de paie est «un fiasco», disent les employés de la fonction publique fédérale.

«Nos dirigeants, nos gens qui sont censés trouver des solutions semblent avoir perdu le contrôle», a fait remarquer mercredi Magali Picard, de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC).

«Nous sommes à bout de solutions. On ne sait plus quoi faire et moi non plus», a dénoncé Pierre-Eward Procyk, agent de revue de traitement au Centre fiscal de Jonquière.

Ce dernier a été contraint de se présenter dans un bureau de l'assurance-emploi le printemps dernier, à la fin de son contrat. «Il n'y a pas eu de vraie cessation d'emploi qui m'a été émise pour que je puisse leur remettre personnellement. J'ai reçu des montants de prestation en bas de ce que j'aurais été sensé avoir», a-t-il témoigné en entrevue avec TVA Nouvelles.

«Ils n'avaient aucune preuve de rien à ce moment-là, alors ils lui ont donné le minimum», a ajouté Hugues Bolduc, représentant syndical.

Et en août dernier, son retour au travail a été assombri. Il a été trois mois sans revenus. «Et encore là, je n'ai toujours pas eu de dépôt. Ç'a amené beaucoup de stress. Mon renouvellement de contrat est affecté. De plus, les créanciers nous courent après.»

L'homme de 27 ans et sa conjointe sont rongés par le stress. Ils ont même dû faire une croix sur leurs projets, à tout le moins les mettre sur la glace. «On songeait à avoir des enfants au courant de l'année, en plus de faire l'acquisition d'une maison.»

Employé de l'État, il est épuisé, mais surtout humilié. «J'ai dû aller faire une demande de prêt. Ça n'a aucun sens! Nous avons eu des complications pour l'obtention du prêt parce que je n'ai plus de salaire et que je n'ai pas mes talons de paie de l'an passé. C'est gênant et humiliant de devoir expliquer ma situation chaque fois.»

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 1500 personnes sont administrées par Phénix. Les deux tiers d'entre elles se disent victimes des ratées du système.

Leur syndicat compte les défendre bec et ongles. «Nous exigeons à ce qu'il y ait des solutions tangibles. On ne peut pas acheter ça chez Bureau en gros un système de paie qui est capable de traiter 18 000 activités de paiement différentes», a commenté Mme Picard.

Une trousse intitulée «Brûlés par Phénix» a été remise à tous les employés de l'État mercredi. Le document leur indique la marche à suivre en cas de problème.

Dans la même catégorie