/finance/homepage

Commerce au détail

Les banlieues attirent les détaillants

Pierre Couture | Agence QMI

Le maire de Varennes, Martin Damphousse, le ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, M. Jean D’Amour, et Pierre Riel, vice-président de Costco pour l’Est du Canada, lors de première pelletée de terre pour le centre de distribution de Costco, à Varennes, jeudi.

Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Le maire de Varennes, Martin Damphousse, le ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, M. Jean D’Amour, et Pierre Riel, vice-président de Costco pour l’Est du Canada, lors de première pelletée de terre pour le centre de distribution de Costco, à Varennes, jeudi.

Les banlieues québécoises attirent de plus en plus les grands détaillants qui décident d’y construire leurs mégacentres de distribution. Une conséquence directe des changements qui s’opèrent dans le secteur du commerce au détail.

«On ferme des grands magasins et on ouvre des centres de distribution pour répondre aux commandes en ligne», explique le professeur en sciences de l’administration de l’Université Laval, François Des Rosiers.

Jeudi, le géant du commerce au détail Costco a officialisé sa venue à Varennes, en banlieue de Montréal, avec la construction d’un important centre de distribution de 100 millions $.

«On doit répondre à une plus grande demande de la part de nos membres. C’est une confirmation éloquente de notre croissance continue», a fait valoir le directeur de Costco pour l’Est du Canada, Pierre Riel.

Le centre de distribution de Costco à Boucherville ne répond plus aux besoins du détaillant américain qui est en pleine croissance au Québec.

Le nouveau centre de distribution de Costco comptera plus de 500 000 pieds carrés, 214 quais de chargement et de déchargement, et emploiera plus de 400 personnes d’ici cinq ans.

Des avantages

Selon M. Des Rosiers, la proximité avec les grands axes routiers, les rabais de taxes, les coûts des terrains et leur disponibilité sont des facteurs qui séduisent les grands détaillants, dont les modèles d’affaires sont en pleine transformation.

«Le commerce au détail est en redéfinition. Les gens achètent beaucoup en ligne et vont moins dans les magasins. Les grands détaillants s’adaptent à cette situation et ça prend de l’ampleur», a-t-il évoqué.

À Beauharnois, le géant du meuble IKEA a commencé l’été dernier la construction d’un mégacentre de distribution d’un million de pieds carrés qui desservira le Québec et l’Ontario.

À Brossard, IKEA compte déjà un centre de distribution de 850 000 pieds carrés. Ce dernier est devenu trop petit pour les besoins du détaillant suédois, dont les ventes en ligne ont explosé de 27 % l’an dernier.

La Maison Simons aussi

À Québec, le détaillant Simons est également à l’étroit dans son centre actuel de distribution.

Le détaillant de vêtements, dont les ventes en ligne dépassent maintenant 10 % de ses revenus, prévoit construire un nouveau centre de distribution de 150 millions $ dans la capitale prochainement.

Dans la même catégorie