/regional/montreal/laurentides

Plus écologique

Des copeaux de bois utilisés pour déglacer les rues

Dave Parent | Agence QMI 

Rosemère utilise des copeaux de bois pour déglacer deux de ses rues. Le procédé est plus écologique et si le projet pilote est concluant, la ville pourrait adopter cette technique provenant de la Suisse sur l’ensemble de son territoire.

Le sel de déglaçage utilisé par les municipalités comporte des risques pour la faune, la flore et le milieu aquatique, selon Environnement Canada en plus de nuire à la qualité de l’eau potable.

Depuis le début janvier, Rosemère, sur la rive-nord de Montréal, a donc remplacé le sel dans deux de ses rues par de simples copeaux de bois imbibés de saumure de magnésium, un produit qui contribue à faire fondre la glace. Ce produit a un pH neutre, ce qui est beaucoup moins nocif sur les cours d’eau. Il n’endommage ni le béton ni l’acier.

En surface

Les copeaux sont faits de bois tendre (sapin, épinette, érable, bouleau, etc.), et ce n’est pas la matière première qui manque au Québec.

«Quand la fonte s’effectue, le copeau reste en surface, il flotte, alors il peut travailler plus longtemps que le sable comme antidérapant», explique Simon Coulombe, directeur des travaux publics à la Ville de Rosemère.

C’est M. Coulombe qui a eu l’idée d’essayer ce produit qui est largement répandu en Suisse depuis maintenant huit ans, mais qui est nouveau de cet hiver au Québec.

Rues problématiques

La Ville a identifié deux rues problématiques en hiver afin de mener son projet pilote. La rue Glendale est abrupte alors que la rue de l’île Bélair est littéralement entourée d’eau, ce qui favorise le gel.

«Cette rue-là a été choisie parce que c’est un endroit où les abrasifs traditionnels ont du mal à bien travailler. Il faut en mettre une quantité importante, alors encore une fois, l’aspect polluant est désagréable», explique le maire Éric Westram.

Les résidents de la rue Glendale semblent apprécier l’initiative de la Ville.

«Ben oui, j’ai remarqué les copeaux de bois, je trouve que ça fonctionne bien et c’est plus doux pour les coussinets des pattes de mon chien et en plus c’est meilleur pour l’environnement», explique Jean-Guy Lorrain.

La compagnie EMC3 Technologies de Joliette fabrique le produit au Québec.

En plus de Rosemère, les villes de Lanoraie (Lanaudière) et de Granby (Montérégie) utilisent les copeaux de bois et le produit sera testé sur la traverse cycliste du pont Jacques-Cartier à Montréal.

Au même titre que la petite roche ou le sable traditionnellement utilisé, les copeaux de bois doivent être ramassés au printemps.

«Il peut servir de compost ou de paillis au printemps, bref il peut être ramassé et réutilisé. En Suisse, ils ramassent les copeaux, ils les mêlent à d’autres produits pour chauffer 7000 maisons», lance le président de Technologies EMC3 André Prévost.

Rosemère compte essayer le produit jusqu’à la fin de l’hiver avant d’en évaluer l’efficacité et de faire l’analyse des coûts. Le produit se vend 138 $ le mètre cube. Comme le sel est vendu au poids, la ville n’est pas encore en mesure de dire si l’utilisation des copeaux de bois est moins chère ou plus chère que le sel.

D’autres produits déjà utilisés

Plusieurs municipalités utilisent un mélange de jus de betterave, de sucre et de sel;

Des villes ont opté pour du sirop de maïs;

En Suisse, des villes utilisent de la pulpe de raisin qui fait fondre la glace.