/news/law

Lac-Mégantic

Les trois ex-employés de la MMA de retour devant les tribunaux

Catherine Montambeault 

Tom Harding, Jean Demaître et Richard Labrie n’en ont toujours pas fini avec la justice et seront déjà de retour devant les tribunaux dans deux semaines.

En après-midi lundi, Thomas Harding s'est adressé aux médias.

Après trois mois de procès, les trois ex-employés de la Montreal, Maine & Atlantic Railway ont été acquittés vendredi des accusations de négligence criminelle qui pesaient sur eux depuis l’explosion d’un train qui a fait 47 morts au centre-ville de Lac-Mégantic en 2013.

Ils sont cependant attendus au palais de justice de Lac-Mégantic le 5 février, cette fois pour faire face aux accusations pénales portées par le fédéral.

À lire également

- Réponses exigées avant les cinq ans de la tragédie

- Un centre-ville à reconquérir

Le chef de train Tom Harding et l’ex-directeur du transport Jean Demaître sont accusés en vertu de la Loi sur la sécurité ferroviaire.

«Ce sont des accusations qui visent le nombre de freins à main qui ont été serrés et la façon de sécuriser le train», précise l’avocat de M. Harding, Me Thomas Walsh.

«Ces deux choses faisaient aussi l’objet de la poursuite criminelle, mais la différence, c’est qu’on prétendait qu’en omettant de suivre les règles pour sécuriser le train, les accusés avaient été criminellement négligents, ajoute-t-il. Ça, c’est fini depuis vendredi.»

Plaidoyer de culpabilité

L’avocat indique que son client compte plaider coupable à ces accusations, ce qui pourrait lui valoir jusqu’à six mois d’emprisonnement ou une amende allant jusqu’à 50 000 $.

«Nous avons toujours admis que M. Harding n’avait pas suivi toutes les règles à la lettre pour sécuriser le train, et c’est pourquoi on va faire face à [nos responsabilités] et enregistrer un plaidoyer de culpabilité», mentionne-t-il.

Une accusation a également été déposée contre Tom Harding, Jean Demaître et l’ex-contrôleur ferroviaire Richard Labrie en vertu de la Loi sur les pêches du Canada.

«C’est parce que la décharge a contaminé le Lac-Mégantic, explique Me Walsh. Mais je ne pense pas que cette accusation va rester.»

Les autres accusés sont l’entreprise Montreal, Maine & Atlantic (MMA) Canada, MMA Railway Limited, Robert Grindrod, président de la MMA, Lynne Labonté, directrice générale du transport, Kenneth Strout, directeur des pratiques d’exploitation, et Mike Horan, de la direction de la MMA au Canada.

La MMA pourrait écoper d’une amende allant jusqu’à un million de dollars si elle est reconnue coupable.

Par ailleurs, le dossier de la compagnie ferroviaire reviendra aux assises criminelles de la Cour supérieure de Sherbrooke le 3 avril prochain.

Un recours collectif a également été déposé contre Tom Harding, la MMA et le Canadien Pacifique.

Dans la même catégorie