/regional/sherbrooke/estrie

Lac-Mégantic

Réponses exigées avant les cinq ans de la tragédie

Dominique Lelièvre | Agence QMI

La mairesse de Lac-Mégantic veut se faire confirmer avant les cinq ans de la tragédie que les rails seront chassés du centre-ville. Un message qu’elle a porté directement aux bureaux des premiers ministres Couillard et Trudeau dans la foulée du verdict rendu vendredi.

Julie Morin confie avoir tenté de communiquer directement avec les deux premiers ministres «dès que le verdict est sorti», lorsqu’ont été acquittés les trois employés qui avaient à leur charge le train meurtrier de juillet 2013.

À LIRE ÉGALEMENT:

Les trois ex-employés de retour devant les tribunaux

La réaction des citoyens de Lac-Mégantic saluée par leur mairesse

Colère et soulagement devant le verdict

Réaction d'Ottawa aux verdicts du procès de Lac-Mégantic

«On a la preuve que ce ne sont pas des erreurs humaines [qui ont conduit à la tragédie]. Ce n’est pas juste des hommes qui ont manqué de jugement, c’est le système qui est malade», lance-t-elle dans une entrevue avec «Le Journal de Québec».

«Il y a un danger réel [qu’un autre déraillement se produise]», croit celle qui a été élue en novembre. Or, le projet de voie de contournement fait du surplace, même s’il est dans l’air depuis l’accident, déplore Julie Morin.

«Ce que je suis tannée un peu, c’est de voir le provincial qui lance la balle au fédéral, et le fédéral qui la lance au provincial. Je veux m’assurer de parler à tous ces gens-là pour leur dire que d’ici le 5 juillet prochain, on a des attentes, on fait des demandes claires et la balle est dans votre camp», énonce-t-elle.

Julie Morin indique avoir reçu un appel du premier ministre Philippe Couillard, samedi, alors qu’il se trouvait en Chine pour une mission économique. «Je sens vraiment de l’ouverture», avance-t-elle.

Espace commémoratif

Autre projet qui occupera la mairesse cette année, l’idée d’un lieu commémoratif à la mémoire des 47 victimes de l’accident progresse. «L’Espace de mémoire» devrait voir le jour sur le site de l’ancien Musi-Café, où on a déploré le plus grand nombre de morts. Des consultations publiques ont déjà eu lieu et un comité citoyen planche maintenant sur la question.

«Il y a des gens qui voudraient faire quelque chose d’immense et d’autres qui veulent que ce soit sobre, alors il faut y aller délicatement», souligne Julie Morin. Des esquisses pourraient être proposées aux citoyens cet été.

Lac-Mégantic réfléchit aussi à la possibilité de mettre en valeur des artéfacts qu’elle a conservés de la tragédie dans la gare qui sert présentement de bureaux.

«C’est embryonnaire, mais on se dit que c’est peut-être ce qu’il faut faire, car en ce moment, les touristes [...] veulent de l’information et ce sont les citoyens qui sont toujours pris pour la donner, la répéter, et ce n’est pas facile», mentionne Mme Morin.

Dans la même catégorie