/regional/montreal/montreal

Malgré la grogne

Le premier budget de l'administration Plante est adopté

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

 - Agence QMI

L’administration de Valérie Plante est restée inflexible malgré la grogne populaire et a adopté mercredi, à l’hôtel de ville de Montréal, son budget pour l’année 2018.

La hausse moyenne du compte de taxes de 3,3 % devrait donc entrer officiellement en vigueur après l’adoption par le conseil d’agglomération, jeudi.

«Ce budget nous permet de commencer à investir dans nos priorités. C’est un budget de transition soit, mais qui montre vers où on veut s’en aller dans les prochaines années», a martelé la mairesse Valérie Plante, qui a réitéré qu’elle était fière de ce budget responsable.

«Arrêtez votre cinéma»

L’opposition a voté contre l’adoption du budget, tout comme le conseiller de ville Marvin Rotrand.

«Ce budget ne passe pas tout simplement», a lancé au début de la séance du conseil municipal le chef de l’opposition Lionel Perez, qui a exprimé de nombreuses fois son désaccord.

«Arrêtez votre cinéma, M. Perez, a rétorqué Valérie Plante. Vos propos, votre main tendue, je n’y crois absolument pas. Vous étiez très au courant des pots cassés que vous nous avez laissés.»

L’opposition a présenté deux amendements pour abolir l’augmentation de 1,1 % de la taxe d’eau et l’ajout d’une somme de 10 millions $ de dollars pour des mesures d’aide aux commerçants qui ont été refusés par la majorité d'élus de Projet Montréal.

Le budget prévoit une hausse moyenne des taxes de 3,3 %. À cela s’ajoute une augmentation des montants des contraventions liées au stationnement et à la circulation, qui n’ont pas encore été précisés. Les tarifs, comme ceux offerts dans les centres sportifs, grimperont aussi en moyenne de 1,5 %.

Les Montréalais devraient recevoir leur compte de taxes au début du mois de février.

Dans la même catégorie